"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Des pygmées dévorés au Congo toujours en vie
    Afrique > cannibalisme
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 24 septembre 2004

    " «Victimes» de cas de cannibalisme rapportés en 2002, ils ont avoué avoir menti.
   
    Que s'est-t-il réellement passé à Mambasa, dans l'extrême nord-est du Congo-Kinshasa, à l'automne 2002 ? Les Pygmées de la région ont-ils, oui ou non, été victimes d'actes de cannibalisme ? A l'époque, des témoignages concordants avaient accusé des soldats du Mouvement de libération du Congo (MLC), la milice de Jean-Pierre Bemba, d'avoir dévoré des Pygmées. Dans le long martyre de la République démocratique du Congo (RDC), cet épisode avait marqué un sommet dans l'horreur par son luxe de détails et à cause de sa charge imaginaire.
   
    Les soudards, mus par un mélange de cruauté, de racisme et de croyances surnaturelles, auraient dépecé, boucané et mangé leurs victimes sous les yeux de leurs proches, allant jusqu'à les contraindre à partager ce festin anthropophage. Quelques mois après, l'Union européenne décidait l'envoi d'une mission de maintien de la paix en Ituri, l'opération Artémis, dirigée par la France. Parallèlement, la Cour pénale internationale (CPI), alors naissante, avait annoncé que les exactions en Ituri feraient l'objet de sa première enquête.
   
    Il y a dix jours, un coup de théâtre est venu tout bousculer. Dans une conférence de presse largement médiatisée par le MLC, trois Pygmées, qui avaient chargé Bemba, ont «demandé pardon» pour «le tort» causé au MLC et à son chef, devenu entretemps l'un des quatre vice-présidents du pays. «Ces gens sont venus nous voir en août, explique à Libération Sesanga Hipungu, chef de cabinet de Jean-Pierre Bemba. Ils nous ont expliqué qu'ils avaient menti à la suite de fortes pressions exercées par l'entourage du président Kabila pour ternir le MLC. Tout reposait sur des témoignages et non sur des éléments matériels.» Fort de ce revirement, le MLC a demandé hier la réouverture de l'enquête à la Monuc, la force de maintien de la paix des Nations unies au Congo. Pour appuyer ses dires, le MLC a présenté à la presse quatre autres Pygmées, trois femmes et un homme, censés avoir été mangés. Bemba, qui songe aux élections de 2005, préférerait être blanchi de toute poursuite devant la CPI d'ici là. Ni le président Kabila, ni la Monuc ni la CPI n'ont réagi.
   
    Sesanga Hipungu ne nie pas les exactions en Ituri : «Ce qui s'est passé à Mambasa relevait d'opérations militaires. Il y a eu des exactions, des pillages, des viols. Mais pas d'anthropophagie.» A l'époque, le MLC avait condamné deux de ses officiers à la prison à perpétuité et 18 soldats à des peines plus courtes. Le commandant régional du MLC, Freddy Ngalimo, dont les hommes avaient été judicieusement surnommés les «effacer le tableau», n'avait écopé que d'une peine légère pour «non-assistance à personnes en danger» !
   
    Quelle que soit la véracité des témoignages des Pygmées, à charge comme à décharge, reste que leur communauté a été particulièrement décimée par cinq ans de guerre et une décennie de troubles : sur une population de 600 000 membres, un sur dix serait mort. Et si le cannibalisme reste controversé dans le cas de Mambasa, il a été hélas largement pratiqué au cours d'une guerre, civile autant que régionale, qui a causé 3,5 millions de morts."
   
    Un article de Christophe Ayad.
   

Source : LIBERATION (24 septembre 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto