"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Double parricide, Vincent désempare la justice
    France > parricide, folie
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mercredi 7 juillet 2004

    " La santé mentale de l'accusé divise les experts. Le tribunal de Belfort rend son verdict aujourd'hui.
   
    Le 25 septembre 2000, Vincent, 15 ans à l'époque, se réveille vers 5 heures du matin dans sa chambre du pavillon familial de Lebetain (Territoire de Belfort). Il déjeune, fume une cigarette et se recouche. Une heure plus tard, il se lève à nouveau, prend deux couteaux à la cuisine et pénètre dans la chambre de ses parents. Il frappe son père, le tue d'une cinquantaine de coups de couteau. Puis s'acharne sur sa mère, sur le corps de laquelle l'autopsie a relevé une centaine de plaies par arme blanche. «Un acte aux limites du pensable et du représentable, même pour les psychiatres, selon l'un des experts qui a examiné Vincent. C'est quelque chose d'extrême qui nous pousse dans nos retranchements.»
   
    Huis clos
   
    Vincent doit-il être condamné pour ce double parricide, il risque vingt ans de réclusion, ou reconnu irresponsable et laissé en liberté ? C'est la question soumise au tribunal pour enfants de Belfort, devant lequel le jeune homme, âgé de 19 ans aujourd'hui et placé sous contrôle judiciaire dans un hôpital psychiatrique, comparaît à huis clos depuis lundi. Au cours de l'instruction, il a donné plusieurs versions et a fini par décrire précisément les faits aux enquêteurs. Aujourd'hui, il affirme ne plus se souvenir de rien. Lorsqu'on l'interroge sur ce point lors des discussions qu'il tient après chaque demi-journée d'audience, Vincent dit : «C'est comme si vous aviez un bandeau sur la tête et que quelqu'un vous dise : "Regarde, il y a une voiture de telle couleur là." Alors, vous qu'est-ce que vous dites ? Ben, vous dites la même chose.» «Il ne peut pas s'accaparer ce qu'il a fait», soutient son avocat, Me Alain Dreyfus-Schmidt.
   
    Hier, les experts psychiatres étaient convoqués à la barre. En quatre ans, trois expertises ont été ordonnées. Toutes estiment que l'état actuel de Vincent ne nécessite pas un placement d'office en établissement psychiatrique. Les deux premiers collèges ont conclu à l'absence de troubles psychiques ayant aboli le discernement de l'accusé au moment des faits et estimé qu'il était «accessible à une sanction pénale». Me Dreyfus-Schmidt se raccroche donc aux conclusions de la dernière expertise, présentées hier par le docteur Michel Dubec : au moment des faits, Vincent aurait été victime du syndrome d'Elpénor, c'est-à-dire «un état crépusculaire de dissolution de la conscience lors d'un réveil prématuré» ayant entraîné «l'émergence de manifestations hallucinatoires et délirantes».
   
    «Sidérés»
   
    «C'est un montage assez fragile qui tend à tirer les choses du côté de l'irresponsabilité, a critiqué le professeur Michel Patris, membre du deuxième collège. Il y a des éléments qui permettent de penser que Vincent était conscient mais on ne peut pas être catégorique sur son état mental au moment des faits.» Même son de cloche pour le docteur Gilles Simon, rapporteur du premier collège d'experts : «Notre sentiment, c'est qu'il s'agit d'un sujet qui présente des perturbations importantes de la personnalité, mais pas dans le sens d'un épisode délirant qui aurait pu être le moteur, le ressort de ce passage à l'acte meurtrier.»
   
    «On a l'impression que ces psychiatres sont sidérés comme tout le monde par la catastrophe», commente Me Jean Gonnin, le conseil de la grand-mère paternelle de Vincent, qui s'est constituée partie civile. Selon l'avocat, le travail des experts psychiatres n'est pas «suffisamment sérieux». Le tribunal rendra pourtant sa décision aujourd'hui."
   
    Un article de Thomas Calinon.

Source : LIBERATION (7 juillet 2004)

    Articles relatifs :
     Acquittement de l'ado double parricide : le parquet fait appel


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto