"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Perpétuité pour avoir violé et tué une femme à coups d'extincteur dans un parking
    France > meurtre, viol, alcoolisme, drogue, procès
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Jeudi 21 juin 2012

    " Un homme de 27 ans a été condamné mercredi par les assises du Rhône à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 20 ans, pour avoir violé et tué à coups d'extincteur une quinquagénaire dans un parking de Lyon en 2010.
   
    Au troisième et dernier jour du procès, l'avocate générale Jacqueline Dufournet avait réclamé la perpétuité assortie de 22 ans de sûreté, évoquant un "massacre" et un "dossier insoutenable", tant "il est rare de voir autant d'ignominie".
   
    L'un des deux avocats de la défense, Me Christophe Oberdorff, a quant à lui estimé la peine "très lourde", jugeant que son jeune client, qui ne sait pas encore s'il va faire appel, avait été "puni comme un homme de 60 ans".
   
    A l'aube du 18 septembre 2010, Chériff G., après une nuit passée à boire de l'alcool et fumer des joints, s'était introduit dans le parking souterrain d'un immeuble de Lyon pour y commettre des vols. Croisant Sylviane Brochet, une comptable de 56 ans qui venait de verrouiller son coupé flambant neuf, il avait décidé de s'en emparer.
   
    Devant sa résistance et ses cris, il l'avait fait tomber à terre et l'avait frappée à coups de poing avant de la transporter au fond d'un box. Il était revenu ensuite et l'avait "massacrée" à coups d'extincteur, "pour qu'elle se taise". "Seuls 5 cm2" du visage resteront vierges de toute trace de coups et de fractures, avait souligné Mme Dufournet.
    Et "alors qu'elle agonise, il va la violer", avait poursuivi la magistrate en rejetant les "explications" de l'accusé: "L'alcool? ce n'est pas une circonstance atténuante", et, concernant les abus qu'il aurait subis de la part de son propre père durant son enfance, "la procédure a été classée sans suite".
    En concluant, Mme Dufournet avait rappelé que l'accusé, selon un expert, restait "potentiellement dangereux".
   
    "Oui il s'est acharné, oui il y a eu viol, c'est incontestable", avait ensuite reconnu Me Roksane Naserzadeh pour la défense. Mais cette dernière a réclamé auprès des jurés une peine "juste", soulignant le caractère exceptionnel de la réclusion à perpétuité.
    Une peine prononcée notamment, a-t-elle cité, à l'encontre de Patrice Alègre, reconnu coupable de cinq meurtres et d'un viol, de Guy Georges, coupable de sept meurtres, ou d'Emile Louis, coupable lui aussi de sept meurtres dans l'affaire des "disparues de l'Yonne".
   
    Avant que la cour ne se retire, l'accusé, d'une voix à peine audible, avait demandé "pardon". "Je sais que tout ce que je pourrai dire, tout ce que je pourrai faire, ça ne changera rien", "Je vivrai avec ça toute ma vie", avait-il murmuré entre deux sanglots."

Source : AFP (21 juin 2012)

    Articles relatifs :
     Violeur et meurtrier à coups d'extincteur, un homme de 27 ans est jugé à Lyon
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto