"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un père bat à mort son bébé de 3 mois : il ne voulait pas d'une fille
    Asie > infanticide, maltraitance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 15 juin 2012

    " Un père de famille est sous les verrous pour avoir battu à mort son bébé de trois mois. Motif: il ne voulait pas d'une fille. Un acte de plus en plus fréquent en Inde, pays où l'on recense une croissance inquiétante de l'avortement sélectif et qui est, aujourd'hui, considéré par les Nations Unies comme le pays le plus dangereux pour les filles.
   
    Reshma Banu, une Indienne de 19 ans, est noyée de chagrin. Afreen, sa fille de trois mois, est décédée à l'hôpital où elle avait été admise, le cou disloqué et le corps maculé de traces de morsures et de brûlures de cigarettes. Son père, son bourreau, a été arrêté. Il a mis fin aux jours de sa fille car il souhaitait un garçon. Un héritier. "Les filles coûtent cher", avait-il déclaré à sa naissance mettant déjà sa vie en sursis. "Nous exigerons cent mille roupies (1500 euros) pour couvrir les frais de son mariage. Si ta maman peut nous garantir ce montant, tu pourras garder ta fille. Si pas, je la tuerai", avait-il lancé à son épouse en guise d'ultimatum.
   
    Chasse aux filles
   
    En dépit de l'espérance de cette maman, l'enfant mourra trois mois plus tard. Le père a avoué l'avoir battu à mort. Aussi alarmant soit-il, ce fait-divers est loin d'être isolé dans un pays où les comportements, les traditions et les contraintes économiques fragilisent les individus de sexe féminin de plus en plus sacrifiés avant même d'avoir vu le jour. Aujourd'hui, l'Inde semble faire la chasse aux filles comme le démontrent l'alarmant écart de croissance entre les sexes. En 2011, la population indienne de six ans et moins ne compte que 914 filles pour 1000 garçons, soit le ratio le plus faible depuis 1947.
   
    Avortement sélectif
   
    L'Organisation des Nations Unies avance que l'Inde est devenu le pays où il est le plus dangereux de naître fille. Un constat partagé par le Dr. Anand Krishnan, de l'All Indian Institute of Medical Sciences, qui étudie depuis des années l'écart entre les genres. "Le taux de mortalité est statistiquement plus élevé chez les filles que chez les garçons" admet-il au micro de CNN. Bien qu'il soit contraire à la loi, l'avortement sélectif se pratique à un rythme alarmant. Et d'après un étude menée par Krishnan, il toucherait plutôt une classe aisée et instruite dont la prospérité facilite les échographies et l'avortement.
   
    Silence médical
   
    "Les garçons sont considérés comme un meilleur investissement. Les Indiens les préfèrent aux filles", en raison d'une tradition ancestrale qui veut qu'une mariée emménage dans la maison familiale de son mari et apporte soutien à ses beaux-parents et contribution aux tâches domestiques du foyer. En quittant sa maison parentale, la fille n'est d'aucun apport financier et coûte la plupart du temps de l'argent à ses parents qui doivent s'acquitter d'une dot, pourtant illégale mais encore répandue sous diverses formes, pour la marier au garçon d'une autre famille.
   
    Pour endiguer l'avortement sélectif, la loi indienne contraint désormais les médecins à taire le sexe de l'enfant après une échographie, même si de nombreuses cliniques l'enfreignent. Et les autorités mènent des campagnes à travers tout le pays pour "Sauver nos filles", notamment dans certains villages où les filles sont, au mieux, abandonnées. Une contradiction dans un pays dont la personnalité politique la plus puissante est une femme. Sonia Gandhi."

Source : 7 SUR 7.BE (15 juin 2012)

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles criminologie]

    Re : Un père bat à mort son bébé de 3 mois : il ne voulait pas d'une fille
    Commentaire posté par violetha le Samedi 16 juin 2012
    pppffff!!!!mais quelle tristesse de lire des trucs pareils!le père ne prebdra rien;
    l'homme est roi en inde!


    Re : Un père bat à mort son bébé de 3 mois : il ne voulait pas d'une fille
    Commentaire posté par tacoma le Dimanche 17 juin 2012
    "Les garçons sont considérés comme un meilleur investissement
   
    je savais que d'avoir un enfant c'était d'investir.


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto