"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Condamnation d'un psy qui instillait des faux souvenirs
    France > psychiatrie, viol, escroquerie, procès
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mercredi 13 juin 2012

    " Un psychothérapeute parisien, accusé par deux anciens patients de les avoir manipulés mentalement pendant des années en leur instillant de faux souvenirs traumatisants, a été condamné mardi à Paris à une année d'emprisonnement avec sursis pour "abus de faiblesse".
   
    Benoît T., 76 ans, n'avait pas assisté à son propre procès pour raisons de santé.
    Le psychothérapeute a été condamné à une amende de 50.000 euros. Au titre des dommages et intérêts, il devra également verser à ses deux anciens patients les sommes de 100.000 et 50.000 euros.
   
    Sophie P., aujourd'hui avocate, et Bernard T., chef d'entreprise, avaient versé au thérapeute respectivement 238.000 euros et 750.000 euros pour payer différentes sessions à plusieurs années d'intervalle.
   
    M. T. facturait en effet ses prestations 320 euros de l'heure et sanctionnait 50 euros chaque faute d'orthographe d'un patient dans les comptes rendus qu'il exigeait d'eux.
   
    Ses méthodes thérapeutiques impliquaient pour les patients de se déshabiller intégralement pendant de très longues sessions éprouvantes, afin de revivre des souffrances soi-disant enfouies.
   
    "La thérapie de T., c'est l'argent et le sexe, il n'y a que ça", avait dénoncé l'ancienne patiente.
   
    Une patiente comme elle pouvait être amenée à croire que son propre père l'avait violée, avait-elle expliqué. "Quand ma mère était morte, j'avais 16 ans. Mon père m'avait prise dans ses bras, c'était quand même normal... Mais M. T. demandait: 'Est-ce que votre père n'avait pas de désir?' Ca avait commencé comme ça..."
   
    L'ancien patient, lui, avait cru "se souvenir" qu'au troisième mois de grossesse, sa mère avait mis "une aiguille à tricoter dans son utérus" et s'était "acharnée" sur lui."

Source : BELGA (13 juin 2012)

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto