"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    France > meurtre, viol, psychiatrie
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Dimanche 20 novembre 2011

    " Mathieu, le lycéen accusé de l'assassinat et du viol d'Agnès, la collégienne du Chambon-sur-Lignon dont le corps a été retrouvé calciné en Haute-Loire vendredi, était sous contrôle judiciaire depuis un an pour une affaire d'agression sexuelle, selon le parquet de Nîmes.
   
    Ecroué en août 2010 pour viol sur mineure
   
    Il avait déjà été arrêté et écroué en août 2010 pour le viol d’une adolescente mineure dans le Gard. Mis en examen pour agression sexuelle, l'adolescent avait effectué ensuite quatre mois de détention provisoire avant d'être placé sous contrôle judiciaire fin 2010.
   
    En attente de procès
   
    La victime présumée du jeune homme d'origine gardoise, qui avait 16 ans au moment des faits, était mineure. Il est en attente de son procès dans cette affaire.
   
    "Un garçon calme et sans histoire"
   
    L'adolescent a vécu "toute son enfance" à Nages-et-Solorgues dans le Gard. Hier soir, le village natal du lycéen était sous le choc. Le jeune violeur présumé et assassin du Chambon-sur-Lignon a grandi ici dans ce très beau village paisible et sans histoire de la Vaunage, près de Nîmes. « Un jeune sans histoire jusqu'à l'été 2010. Ses parents sont bien connus. Des gens travailleurs, sans histoire, très impliqués dans la vie associative de notre village. Ils dirigeaient notamment une association de théâtre amateur. Le fils, lui-même aîné des trois enfants jouait un rôle actif auprès de ses parents » explique Jean Baptiste Estève le maire de la ville, bouleversé par la terrible nouvelle. La vie tranquille et villageoise du jeune garçon avait basculé une première fois pendant l'été 2010. Il a seize ans. Il est accusé du viol d'une ancienne petite camarade de classe dans la pinède qui jouxte le village. Mis en examen, il est placé en détention préventive pendant quatre mois, remis en liberté sous contrôle judiciaire. Il est ensuite éloigné du Gard et scolarisé au Chambon-sur-Lignon en Haute Loire. Dans le même temps, ses parents, lui enseignant, elle comptable, décident de s'éloigner du village de Nages qui représentait toute leur vie, une vie sociale riche. Ils vendent leur maison pour s'installer ailleurs dans le Gard. Une marche blanche en hommage à Agnès est prévue ce matin.
   
    Quant au suspect, c'est un "garçon calme, sans histoire, comme tous les adolescents", a-t-il précisé, sans pouvoir donner plus d'informations sur les faits qui lui sont reprochés dans le Gard.
   
    Le maire s'est également dit "atterré" et "en colère" de savoir que l'adolescent n'avait pas été "soigné" ni "pris en charge correctement", a ajouté M. Esteve.
   
    Il devait suivre un traitement médical
   
    Le lycéen devait "suivre un traitement médical", a dit le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Coquillat. Il était suivi par un psychiatre au Puy-en-Velay et par un psychologue dans son établissement, selon lui.
   
    Les expertises psychologiques menées dans le Gard après le viol pour lequel il avait été mis en examen avaient relevé "des troubles de la personnalité" mais l'avaient jugé "réadaptable, réinsérable et ne présentant pas de dangerosité", a ajouté le procureur.
   
    Il devait être scolarisé en internat
   
    Il était pensionnaire au collège-lycée Cévenol, tout comme sa victime, et scolarisé en classe de première. "Ce sont ses parents qui avaient trouvé cet établissement", a indiqué M. Coquillat.
   
    "Aucun suivi spécifique ne semble avoir été mis en place" dans le collège-lycée, un établissement privé sélect, a ajouté le procureur, précisant que le chef d'établissement "était au courant" de la situation du lycéen.
   
    Il ne devait pas se rendre dans le Gard
   
    Son contrôle judiciaire lui imposait de "ne pas aller dans le Gard" où résident ses parents : "c'était une interdiction très stricte y compris concernant la famille", a précisé M. Coquillat, selon lequel cette interdiction a été respectée. Il pouvait toutefois rendre visite le week-end à ses grands-parents domiciliés dans un autre département.
   
    L'assassin présumé d'Agnès a "scrupuleusement respecté" ce contrôle judiciaire, selon le procureur."
   
    SOURCE: AFP & MIDI LIBRE du 20 novembre 2011.
   
    Pour visionner le reportae de BFM TV, cliquez sur le lien SOURCE.

Source : REPORTAGE BFM TV

    Articles relatifs :
     REPORTAGES: meurtre et viol d'Agnès, après les aveux, vient le temps des questions
     Le meurtrier et violeur récidiviste d'Agnès, 14 ans, ne présentait "aucune dangerosité" selon son psychiatre
     REPORTAGE: le corps d'Agnès Marin, 14 ans, a été retrouvé calciné en Haute-Loire
     Disparition "très inquiétante" d'une mineure de 14 ans en Haute-Loire + AVIS DE RECHERCHE
     Meurtre d'Agnès: le collège assure qu'il n'était pas informé du casier de violeur du lycéen
     INTERVIEW de la mère d'Agnès assassinée par un lycéen
     INTERVIEW de la mère de la précédente victime de Mathieu, le lycéen tueur d'Agnès: "cela devait arriver"
     Mathieu, le lycéen meurtrier présumé d'Agnès, avait participé aux recherches
     VIDEO sur le meutre d'Agnès: le vice-président du collège s'exprime sur le casier judiciaire du meurtrier présumé
     REPORTAGE sur la personnalité de Mathieu, le présumé tueur d'Agnès: des camarades de classe témoignent
     INTERVIEW: la mère de la première victime de Mathieu le lycéen présumé meurtrier d'Agnès parle d'un "loup dans une bergerie"
     Un ENTRETIEN très sensé des grands-parents d'Agnès qui veulent des actes et non pas des belles paroles de politiques
     REPORTAGE: le profil du meurtrier présumé d'Agnès se précise


[Tous les articles criminologie]

    Re : Portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par andreas le Dimanche 20 novembre 2011
    "le chef d'établissement "était au courant" de la situation du lycéen."
   
    La famille d'Agnès devrait le poursuivre en justice.


    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par bab le Dimanche 20 novembre 2011
    Il semblerait que l'administration du collège n'était pas au courant du passé de ce jeune.
    A suivre, tout celà n'est pas très clair.....

    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par sorenza le Dimanche 20 novembre 2011
   
    Philip Bauwens, directeur du Collège-lycée cévenol a déclarais: "Nous avions des éléments de sa scolarité, mais pas connaissance de son passé judiciaire. On savait qu'il avait eu des ennuis avec la justice, mais on n'en connaissait pas la nature. Et nous n'avions aucun contact avec les services de justice".
    selon le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Coquillat:"Mathieu, 17 ans, était en effet soumis à des conditions strictes dans le cadre de son contrôle judiciaire,(oui c'est ça bien sur) Il devait être suivi par un psychiatre au Puy-en-Velay et par un psychologue dans son établissement, et être scolarisé dans un internat, toutes conditions que remplissait, selon le parquet, ce garçon jugé [réadaptable, réinsérable et ne présentant pas de dangerosité]" Fin de citation
   
    La maman Agnès,Paola Marin a déclaré n'avoir pas de rancune contre les éventuels responsables, ce qui est très courageux de ça part, et dit n'avoir pas pensé a cela ni qu'elle c'est posé la question, mais affiche un grand étonnement concernant l’attitude du psychiatre qui a fait l'évaluation de l’individu: "Le psy qui le suivait avait dit au collège qu'il n'y avait pas de danger. Comment peut-on émettre un diagnostic comme celui-là si l'on n'est pas sûr, lorsqu'on n'a pas d'éléments ?".
    Mais ça déclaration la plus touchante est:"Ma fille est allée en toute tranquillité faire une promenade avec un détraqué qui avait programmé de la tuer....J'essaie de ne pas penser à ça, mais ma fille me manque....C'est une mort inutile qui pouvait être évitée, l'erreur est humaine (????)mais on l'a payée très cher..." Fin de citation.
    Au-delà de la douleur, elle ajoute que l'urgence est désormais de prévenir son fils, le frère d'Agnès, [qui ne le sait pas] car il réside à Madrid. Paola Marin veut, en effet, éviter à tout prix "qu'il l'apprenne par la presse".
   

    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par andreas le Dimanche 20 novembre 2011
    Ils savaient qu'il avait fait quatre mois de prison.
   
    C'est rare les mineurs qui font quatre mois de taule, encore plus ceux qui viennent de milieux relativement aisés.
   
    Ils auraient dû chercher à en savoir plus.
   
    Mais s'ils ont des problèmes pour remplir leur établissement, il est possible que les considérations financières les aient poussé à privilégier la "tolérance" sur la sécurité.
   
    Les parents sont probablement encore sous le choc, mais des erreurs graves ont manifestement été commises à plusieurs niveaux et j'espère qu'ils mèneront des actions en justice.

    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par Mohveh le Dimanche 20 novembre 2011
    courage à la famille.

    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par andreas le Lundi 21 novembre 2011
    Le lycée a failli mettre la clef sous la porte il y a un an à cause d'un déficit financier de 100 000 euros. Ils ont du mal à remplir leurs classes.
   
    http://www.collegecevenol.org/index.php/post/2010/02/11/La-Gazette-du-11-fevrier-2010
   
    Le directeur savait que Mathieu avait des antécédants juiciaires très graves.
   
    Ils ont failli le virer en juin dernier à cause de son comportement avec une autre fille.
   
    Vu les frais d'inscription, les considérations économiques ont probablement conduit le conseil d'administration à tenter le diable.
   
    Leur conférence de presse hier était pitoyable. Ils auraient mieux fait de présenter leurs excuses et donner leur démission. Ca m'étonnerait qu'ils conservent leur poste désormais, après une faute aussi lourde.
   
   

    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par Mutxo le Lundi 21 novembre 2011
    Comme de toute façon tout le monde va se renvoyer la balle, comme toujours dans ce genre d'affaires.
    Je vous recommande la lecture de cet article du Monde:
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/11/21/mort-d-agnes-m-gueant-confond-diagnostic-et-pronostic-psychiatrie-et-criminologie_1606768_3224.html#ens_id=1606324&xtor=RSS-3208
   
    Voici quelques extraits "...On peut cependant noter qu'autour de ces actes hors normes et d'une extrême rareté s'est mis en place un rite conjuratoire de recherche des coupables. Or, ces coupables ne sont plus l'assassin lui même. Le débat s'est dangereusement déplacé d'une logique de la responsabilité à une logique de la dangerosité. On ne s'interroge plus sur la responsabilité de l'auteur de l'infraction, mais sur celle des gens qui l'ont encadré..."
    "...On ne peut placer sur le même plan les viols en réunion commis par des adolescents de banlieues difficiles, les dérapages de l'apprentissage de la sexualité, le besoin de prestance virile, les conduites d'allure psychopathique dominées par l'instabilité et l'impulsivité, les ébauches de structuration perverse avec repérage d'une jouissance à la domination, et les actes hors norme comme le viol et le meurtre de la jeune Agnès..."
   
    On moins ici il est clairement décrit comme un psychopathe en devenir,pleinement responsable, ce dont je ne doute pas si ce que je lis est avéré, qui a su manipuler ses psys.
   
    Moi aussi je suis inquiète sur ce qu'il se passera quand il sera libéré.

    Re : REPORTAGE: portrait de Mathieu, le lycéen présumé meurtrier d'Agnès
    Commentaire posté par gege05 le Lundi 21 novembre 2011
    Il est clair qu'on entre dans une phase de chasse aux sorcières, comme d'habitude,"traquer les coupables" avec un sur-appui médiatique, alors qu'en vérité, le coupable est déjà en garde à vue. Et n'oublions pas que les psychopathes et "tueurs en série en devenir" sont très mal détectés en France, malgré plusieurs expertises psy.
    Il est clair pour moi, dites moi si vous désapprouvez, que nous sommes en face d'un futur tueur en série, ou tout du moins un vrai psychopathe, à qui on a coupé l'herbe sous le pied avant qu'il y ait plus de victimes.
    Et pour revenir sur le problème soulevé: "aurait-il dû être scolarisé?", je pense qu'il faut prendre un peu de recul. Cette histoire est horrible, mais si on espère que les jeunes mis en examen s'en sortent un jour et fassent leur vie de manière "normale", il ne faut absolument pas les couper du monde éducatif, sinon autant les flinguer tout de suite. Je parle bien évidemment de manière générale, car pour ce cas précis, c'est plus complexe. Les psy, qui se sont à l'évidence bien gourés, l'ont déclaré réadaptable, réinsérable et ne présentant pas de dangerosité. Alors, qu'aurait dû faire le chef d'établissement? Le refuser parce-qu'il était mis en examen (pas encore jugé, donc légalement pas encore coupable)? Et par extension, doit-on refuser tout môme mis en examen pour "le bien de tous"? C'est malheureusement la dérive que ce genre de chasseaux sorcières peut créer. Il faut rester très prudents et tempérés tant que la situation et les émotions qu'elle suscite sont encore très vives.
   


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto