"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Une nouvelle victime oubliée de Patrice Alègre ?
    France > Patrice Alègre
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mardi 2 mars 2004

    " Douze ans après la disparition de Corinne Lazzari, le 2 mars 1992, une victime présumée du tueur Patrice Alègre, la Direction centrale de la police judiciaire fait diffuser aujourd'hui un avis de recherches pour « disparition inquiétante » comportant quatre photos vieillies sur ordinateur. A l'époque, ce dossier traité par la gendarmerie de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) avait été « sous-estimé », selon la famille, au prétexte que la jeune femme était majeure et libre de disparaître. Mais depuis trois ans, le juge d'instruction Jean Guary de Saint-Gaudens, multiplie les relances de l'enquête pour retrouver trace de la jeune femme âgée de 28 ans à l'époque, une aide soignante employée à la clinique d'Occitanie à Muret, non loin de Toulouse. C'est ce magistrat qui avait fait vider le barrage de Cazères sur la Garonne en octobre 2001 pour tenter de retrouver le corps de Corinne Lazzari. Les gendarmes d'« Homicides 31 » avaient établi que Patrice Alègre fréquentait la base nautique de Cazères et ses environs à cette date. De plus, la proximité de l'eau est souvent présente dans les scènes de meurtre qui lui sont attribuées. Cet avis de recherches bien tardif est « l'ultime espoir » de Jeanine Lazzari, la mère de Corinne. « Pendant des mois, les premiers enquêteurs m'ont répété qu'elle était partie pour changer de vie, sans m'apporter la moindre preuve », s'insurge Jeanine. Mais depuis le 2 mars 1992, après avoir quitté sa mère vers 19 heures, Corinne n'a plus donné signe de vie et n'a jamais rejoint son appartement de la rue Pétré à Calmont. Son compte en banque n'a connu aucun mouvement. Sa Renault 20, en panne d'essence, a été retrouvée par son père près du village de Labarthe-Inard le lendemain de sa disparition.
   
    Des ratés dans l'enquête
   
    Un témoin assure avoir vu la jeune femme monter dans une voiture. Un violeur en série, opérant dans la région, jugé depuis par la cour d'assises de Tarbes a été, un temps, soupçonné de son enlèvement. Mais l'homme n'a jamais avoué et aucun élément n'a pu pour le moment le mettre en cause. Mais surtout l'enquête, une fois encore, a connu des ratés. Corinne partageait un appartiennent à Calmont avec une autre aide soignante, Laurence P..., qui n'a jamais été entendue. Pourtant le comportement de cette jeune femme, terrorisée après la disparition de Corinne, est troublant. Elle sortait beaucoup à Toulouse, dépensait beaucoup et disait « connaître un videur de boîte de nuit ». A l'époque, Patrice Alègre était le portier de nombreux établissements toulousains. Puis, il y a ce voyage soudain en Belgique trois semaines avant sa disparition avec son amie partie récupérer « un héritage ». Aucune vérification chez les notaires n'a été faite. D'autres indices inquiètent la mère, comme ces photos prises lors d'un voyage. Une seule a été remise à la famille montrant Corinne cigarette à la main, mais une partie de l'image a été découpée. « J'ai l'impression que les enquêteurs n'ont pas fait leur travail », martèle Jeanine Lazzari.
   
    Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel , Dominique Baudis, a été mis en examen pour diffamation publique envers Jean-Michel Baylet, le PDG de « la Dépêche du Midi », par un juge d'instruction parisien, révèle le quotidien ce matin. L'ex député-maire de Toulouse, mis en cause dans la seconde affaire Alègre, avait accusé le patron de presse d'avoir mis en place une machination."
   
    Un article de Jean-Marc Ducos.
   

Source : LE PARISIEN (3 mars 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto