"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    En Afrique du Sud, même les jeunes enfants sont éduqués à la sécurité
    Afrique > délinquance, meurtre, viol, statistique, vol
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mercredi 21 février 2007

    " L’an dernier, 18 528 homicides et 54 926 viols, dont plus de la moitié contre des mineurs, ont été recensés
   
    En Afrique du Sud, où la criminalité record est au centre des préoccupations de tout un chacun, les enfants ne font pas que jouer aux gendarmes et aux voleurs, ils apprennent aussi comment réagir en cas d’agression ou de cambriolage « pour de vrai ».
   
    «Si tu vois ta maman allongée par terre, ne commence pas à pleurer. Elle a besoin de toi! » lance depuis l’estrade un clown déguisé en vigile à quelque 230 élèves de Saint Peter’s, école primaire de la banlieue nord de Johannesburg. Ces enfants âgés de 5-6 ans, sagement assis en tailleur sur le parquet de la salle des fêtes, sont venus « s’éduquer à la sécurité » avec un one-man-show un peu spécial mené sans dramatisation par Darrin McDowall, un clown ventriloque contracté par la compagnie de sécurité ADT. « Que dois-tu faire si tu vois un méchant autour de ta maison? » poursuit-il. Un bambin lève la main. Il a bien retenu la consigne :
    « J’appelle la police au 10111 », répond-il du tac au tac sous les applaudissements, en mimant les chiffres avec ses doigts.
    « J’appuie sur le “panic button” », lance un autre, en référence à ces interrupteurs spéciaux placés en des points stratégiques de nombreuses maisons et entreprises sud-africaines, qui sonnent l’alerte au central d’une compagnie de sécurité.
    Des murs d’enceinte de plus en plus hauts, surmontés de barbelés et clôtures électriques, cernent la plupart des jardins en Afrique du Sud, pays où plus de 50 meurtres sont répertoriés chaque jour, selon les statistiques officielles. L’an dernier, 18 528 homicides, 54 926 viols, dont plus de la moitié contre des mineurs, et plus de 500 000 vols et cambriolages ont été recensés. Bien que les chiffres globaux baissent légèrement d’année en année depuis la fin du régime raciste d’apartheid en 1994, le gouvernement ne parvient pas à inverser la hausse des crimes violents, qui s’étalent dans les quotidiens et amplifient le sentiment d’insécurité de la plupart des 46 millions d’habitants. « Nous ne sommes pas en mesure de revendiquer la joie de notre liberté acquise si des communautés entières vivent dans la peur, enfermées derrière des murs et des barbelés, connaissant l’anxiété dans leurs maisons, dans la rue et sur les routes, sans pouvoir profiter librement de nos espaces publics », a admis ce mois-ci le président Thabo Mbeki devant le Parlement.
    Sur l’estrade de Saint Peter’s, le clown poursuit : « Écoutez moi attentivement. Cela peut vous sauver la vie », lance-t-il. Et, avec l’aide de pantins de papier, il explique aux enfants comment garder en toute circonstance « oreilles et yeux ouverts », les vitres de la voiture fermées et leur sac près d’eux. Il leur enjoint d’obéir aux braqueurs éventuels « sans crier » et de se cacher « si un méchant entre dans la maison ». « La sécurité est la question la plus importante qui soit dans ce pays », souligne Darrin McDowall à l’issue de son show d’environ une demi-heure, précisant à l’AFP qu’il a accepté ce travail il y a deux ans « parce qu’il est nécessaire d’éduquer les enfants dès leur plus jeune âge ».
    La psychologue Ursula Keele, spécialisée dans les traumatismes, approuve, mais avec nuances, prônant plutôt une éducation individualisée. « C’est excellent de leur apprendre à se protéger (...). Mais ce type de réunion avec plus de 200 enfants n’est pas la meilleure solution. » « Il faut être très, très prudent », ajoute-t-elle, car si certains parmi les jeunes spectateurs du show ont été victimes d’une agression,
    « souvent tout leur revient en mémoire et ils peuvent subir un terrible contrecoup ».
    Quand le clown Darrin a demandé aux enfants lesquels d’entre eux « ont déjà été victimes de vol », près d’un tiers de la salle a levé le doigt."

Source : L'ORIENT LE JOUR (21 février 2007)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto