"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Grenoble : un principal avait exclu un élève, son appartement a été incendié
    France > incendiaire, délinquance
    Article posté par Isabelle Longuet le Jeudi 31 mars 2005

    " Mardi, vers 16 h 30, un incendie criminel a endommagé le logement de fonction du principal du collège de la Villeneuve, à Grenoble. De l'essence a été répandue sur le palier de l'appartement situé au 8e étage d'un immeuble. Les flammes ont pénétré dans l'habitation. «La cuisine a brûlé, le logement n'est plus habitable. Cet incendie en plein après-midi aurait pu faire des victimes», explique Jacques Aubry, inspecteur d'académie de l'Isère.
   
    Le principal, Pierre Favre, était la cible de cet attentat. Le 15 mars, alors qu'il voulait mettre fin à un chahut dans une classe, il avait reçu un coup de poing au visage d'un élève de 3e âgé de 16 ans. Il a porté plainte. Les professeurs ont cessé le travail durant vingt-quatre heures. L'exclusion de l'adolescent a visiblement fait monter la tension. Des élèves ont d'abord voulu se mettre en grève pour protester contre cette mesure. Et, la semaine dernière, une moto avait été projetée contre l'entrée du collège puis incendiée.
   
    Parmi les jeunes de la cité, certains approuvent l'acte criminel : «Le principal a eu ce qu'il méritait. Il est autoritaire et raciste. Il ne vire que des étrangers du collège. Il veut faire sa loi», affirment plusieurs adolescents regroupés devant l'établissement. Pierre Favre est pourtant décrit par ses collègues comme «quelqu'un de très humain qui s'investit dans son travail pour la réussite de ses élèves». Un surveillant tente une explication : «Dans ce quartier, vivent des jeunes livrés à eux-mêmes et qui ne supportent pas l'autorité des adultes. Ils font leur loi au pied des immeubles lorsqu'ils sont en bande. Et quand ils arrivent au collège, le principal devient leur bête noire.»
   
    Hier, les quarante-cinq professeurs du collège ont arrêté le travail par solidarité avec le principal. En fin d'après-midi, l'ensemble du personnel de l'établissement, des parents d'élèves et des habitants se sont rassemblés sur la place du quartier pour dire «non à la loi des vandales». "
   
    Serge Pueyo

Source : LE FIGARO 31 mars 2005

    Articles relatifs :
     Incendie devant un collège de Grenoble: trois mineurs mis en examen


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto