"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Le Net est loin d'être innocent + Site
    Europe du Nord & de l'Ouest > internet, pédophilie, pornographie
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Lundi 10 janvier 2005

    " Une image porno qui surgit dans un livre pour enfants, c'est choquant. C'est précisément le message que veut faire passer l'ONG Action innocence, qui fait de la prévention contre les ravages du porno sur Internet son cheval de bataille
   
    Fernand, le gros petit pois. Avec ses dessins simples et colorés, ce livre pour enfants a de quoi séduire les plus petits. La stupeur n'en est que plus grande lorsqu'en tournant les pages, on tombe sur une image pornographique montrant deux hommes nus en pleine action. Une fois la surprise passée, on peut lire: «En surfant sur le Net, les enfants sont souvent confrontés à des images inattendues».
   
    L'effet est réussi. Imaginé par l'agence McCann Erickson, ce livre - évidemment destiné aux adultes - a été conçu pour montrer de manière brutale mais efficace que sur l'Internet, trop d'images à caractère pornographique ou même pédophile surgissent sans qu'on le veuille, simplement en surfant ou en «chattant». Un danger contre lequel lutte l'ONG Action innocence Group (AiG), pour laquelle travaille gracieusement McCann Erickson.
   
    «Ce petit livre met l'adulte dans la situation d'un enfant qui surfe naïvement et qui tombe bien malgré lui sur quelque chose qui va lui faire perdre son innocence un peu trop vite», explique Jean-Luc Walraff, le directeur créatif de l'agence de publicité. Pour prendre un exemple concret, il suffit parfois de se tromper dans l'orthographe du mot Diddl - une souris très populaire auprès des enfants - pour tomber sur un site porno.
   
    Le discours est le même du côté de Ysabelle Sophie Stinglhamber, la responsable de l'antenne belge d'AiG, dont le président n'est autre que Jean-Pierre de Launoit. «L'Internet est un outil formidable et nous ne le remettons absolument pas en cause, mais malheureusement on y trouve aussi l'horreur dans toute sa splendeur, en particulier des milliers d'images d'enfants sexuellement abusés», dit-elle.
   
    Imprimé à 200 exemplaires, «Fernand, le gros petit pois» a été envoyé par AiG à des personnalités du monde médical, judiciaire, informatique et politique. «Nous l'avons envoyé à la ministre de la Justice et au ministre de la Santé, par exemple, pour tenter de les conscientiser», explique Ysabelle Sophie Stinglhamber.
   
    Mais «Fernand» ne constitue que la pointe de l'iceberg du travail effectué par AiG en Belgique. Au-delà de la conscientisation, son principal effort se situe au niveau de la prévention des enfants. L'association, qui emploie deux psychologues et qui bénéficie de l'aide de plusieurs experts à titre bénévole, a ainsi visité 21 écoles et 105 classes en 2004, ce qui lui a permis de prévenir un total de 2.182 enfants en Communauté française. Et 2005 commence sur les chapeaux de roue puisque jusqu'au 28 février, 49 classes en Communauté française et 24 en Région flamande devraient elles aussi être visitées par les psychologues d'AiG.
   
    «La prévention est la solution la plus efficace pour l'instant. Nous rencontrons des enfants de la troisième primaire jusqu'à la troisième secondaire pendant des sessions d'une heure et demie. Durant ces rencontres, nous n'amenons pas nous-mêmes la problématique de la pornographie et de la pédophilie sur Internet. Ce que nous essayons avant tout, c'est d'aiguiser le sens critique des enfants par rapport à l'outil, de leur faire comprendre que sur le Net comme dans la vraie vie, il n'y a aucune raison de communiquer ses coordonnées à un parfait inconnu», explique Ysabelle Sophie Stinglhamber.
   
    Toujours au niveau de la prévention, AiG rencontre aussi des adolescents - «Ils peuvent servir de trait d'union entre leurs petits frères ou soeurs et leurs parents ou grands-parents» - et bien sûr des parents. Ce sont ces derniers qui sont souvent les plus difficiles à mobiliser, et l'association prévoit donc des actions spécifiques à l'attention des mamans dans les mois à venir. «Il est plus que temps d'éveiller les consciences», s'emporte Ysabelle Sophie Stinglhamber.
   
    C'est précisément pour cette raison que Valérie Wertheimer a fondé en 1999 Action innocence à Genève, où elle habite. Depuis lors, cette épouse d'un grand industriel français ne ménage pas ses efforts pour éveiller les consciences et pour rassembler des fonds pour son combat. Elle a notamment réussi à persuader Sting de faire un concert pour AiG, ce qui a permis de lever 2,1 millions de francs suisses pour l'association. De l'argent qui servira notamment à financer la coûteuse recherche pour mettre au point un filtre anti-porno efficace sur le web. Dans un entretien récent à «L'Echo», Valérie Wertheimer déclarait: «La pornographie lourde alimente de façon pernicieuse l'imaginaire des enfants. On est en train de créer une société de futurs malades mentaux». Il est donc plus que temps de réagir."
   
    Un article de Mathieu Van Overstraeten (LA LIBRE BELGIQUE du 10 janvier 2005).
   
    Action innocence Belgique - 62 boulevard de la Cambre à 1000 Bruxelles - Tel: 02/626.20.00.
   
    Pour accéder au site d'ACTION INNOCENCE, cliquez sur le lien SOURCE.
   

Source : SITE

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto