"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Bibliographie

Stéphane Bourgoin
Almanach du Crime et des Faits Divers - Sang pour sang nouveau (mai 2006)
e/dite
Genre : Criminologie


    Couverture de Jean-Michel Nicollet
    329 p.
    Cahier couleurs de 16 p.
    250 photographies en N & B

   
    Cet ouvrage contient un DVD gratuit, "PAROLES DE SERIAL KILLERS" : Stéphane Bourgoin interroge trois tueurs en série américains (Gerard Schaefer, Edmund Kemper et Ottis Toole) dont il analyse les déclarations.
   
   
    Extrait : le cas du tueur cannibale Antoine Léger accusé d'avoir violé et assassiné une fillette en 1824 :
   
    " Le Président du tribunal. Répétez de vous-même ce que vous avez fait le 10 août ?
   
    Antoine Léger. J’étais allé pour cueillir des pommes : j’ai aperçu au bout du bois, une petite fille assise ; il m’a pris l’idée de l’enlever ; je lui ai passé mon mouchoir autour du cou, et l’ai chargée sur mon dos, elle n’a jeté qu’un petit cri. J’ai marché à travers du bois, et me suis trouvé mal de faim, de soif et de chaleur. Je suis resté peut-être une demi-heure sans connaissance, la soif et la faim m’ayant pris trop fort ; je me suis mis à la dévorer...
   
    - Dans quel état était alors la petite fille ?
   
    - Sans mouvement : elle était morte ; je n’ai essayé que d’en manger, et voilà tout.
   
    L’accusé se renferme dans une dénégation formelle, sur tout ce qui est relatif au viol. L’accusé était convenu qu’ayant ouvert le corps de l’infortunée créature, et voyant sortir le sang en abondance, il y désaltéra sa soif exécrable ; et, poussé, dit-il, par le malin esprit, qui me dominait, j’allai jusqu’à lui sucer le cœur.
   
    L’accusé : Je n’ai rien dit de tout cela à MM. les juges, qui ont écrit tout ce qu’ils ont voulu.
   
    A d’autres questions, Léger répond avec un inconcevable sang froid : je n’y ai pas fait attention,... d’ailleurs, je suis tombé en faiblesse, et me suis trouvé mal.
   
    Je n’ai fait tout cela, dit-il plus loin, que pour avoir du sang... je voulais boire du sang... j’étais tourmenté de la soif ; je n’étais plus maître de moi.
   
    Le Président. N’avez-vous pas détaché avec votre couteau le cœur de votre victime ?
   
    - Je l’ai tâté un peu avec mon couteau, et je l’ai percé.
   
    Il dit qu’après avoir enterré les restes du cadavre près de la grotte, il quitta ce lieu, parce qu’il y avait près de lui des pies qui croassaient, et qu’il croyait être là pour le faire prendre ; il n’avait plus la tête à lui, il est allé passer la nuit dans une grotte plus bas, sans pouvoir dormir. le lendemain, il s’en alla à travers champs, par-dessus les montagnes ; quand je voyais quelqu’un d’un côté, dit-il, je m’en allais de l’autre ; je me suis lavé la figure sur les rochers ; j’ai lavé aussi ma chemise, j’en ai coupé le col et les manches qui étaient ensanglantées. "



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto