"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Les caïds des cités se défoulent sur le Net
    France > délinquance, internet
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Dimanche 14 novembre 2004

    " Des jeunes qui posent l'arme à la main, d'autres qui provoquent les cités rivales : les « blogs » qui pullulent sur le site Internet de Skyrock hébergent les dérapages des petits gangsters de banlieue. Un phénomène que la radio contrôle mal.
   
    Fusils à pompe, couteaux ou chiens d'attaque ; revolver dans une main, billets de banque dans l'autre... Les jeunes caïds des cités s'affichent désormais sans complexe et à visage découvert sur Internet. Ils profitent des blogs, ces espaces proposés aux internautes par Skyrock, autoproclamée « première radio du Net », pour jouer les gangsters de banlieue. En se promenant sur le site de la radio, on trouve ainsi au fil des Skyblogs une impressionnante série de clichés en provenance de Goussainville (Val-d'Oise), en ligne pour certains depuis plusieurs mois... Gênant, au moment où la situation est qualifiée d'explosive dans le secteur, après les graves incidents de ces derniers jours. Début novembre, une cinquantaine de jeunes de la cité Ampère s'en sont pris très violemment à deux policiers municipaux. L'un d'entre eux a été passé à tabac en pleine rue. Quelques jours plus tard, cinq agresseurs présumés ont été arrêtés et écroués.
   
    Des textes aussi violents que les images
   
    Cette situation à haut risque semble répondre aux photos mises en ligne sur le site de Skyrock. L'une d'entre elles, postée le 22 septembre, montre un groupe armé jusqu'aux dents. Le jeune de gauche vise l'objectif avec son fusil à pompe, celui du centre exhibe de l'argent et prend la pose le doigt sur la gâchette de son automatique. A droite, un troisième est encagoulé, un quatrième tient une bombe lacrymogène... Ce cliché titré « Mec de Gouss énervé » est l'un des plus saisissants d'un site qui présente d'autres cagoules, d'autres armes, d'autres liasses de billets. Il n'est pas rare, non plus, de croiser des pitbulls ou des rottweillers, quelques couteaux à cran d'arrêt, ou de tomber sur une Scenic de la Police nationale en feu. Une image assortie du commentaire suivant : « Ce que vous voyez là, c'est ce que je rêve de faire, et je ne suis pas le seul. » Car sur les blogs, les textes sont aussi violents que les images... « Des poursuites sont envisageables », indiquait vendredi Denis Guignard, procureur adjoint au parquet de Pontoise, qui évoque plusieurs pistes judiciaires possibles : menace de mort par écrit ou par image - ce qui peut être puni de trois ans d'emprisonnement -, incitation à l'émeute, outrage, et infractions plus spécifiques à Internet. Aucune procédure n'a cependant été ouverte jusqu'à présent dans le Val-d'Oise.
   
    Provocations, moqueries et récits de bagarre
   
    Ce sont les rivalités interquartiers version Internet. Des centaines de commentaires échangés chaque jour en termes souvent « fleuris ». On s'y vante souvent en établissant par exemple de véritables hit-parades des quartiers les plus dangereux d'Ile-de-France commune par commune, ou en comparant la proportion de logements sociaux qui semble être aux yeux de certains le gage d'une cité ou d'une ville « chaude ». Ce ne sont bien sûr que des mots lâchés derrière un écran d'ordinateur et sous couvert de pseudonyme, agrémentés parfois de photos de barres d'immeubles ou de voitures brûlées, mais certains échanges sont surprenants voire inquiétants. Morceaux choisis.
   
    « On vous dépouille au Leclerc et on vous transforme en légume au McDo »
   
    « Toi tu parles, mais quand tu vas te manger une ou deux balles de flash-ball dans les jambes, tu regretteras de pas avoir couru. C'est facile de parler derrière un ordinateur », lance ainsi un internaute des Hauts-de-Seine à un autre originaire des Mureaux (Yvelines). Quelques pages plus loin, c'est un jeune des Bosquets à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) qui en avertit un autre de Clichy-sous-Bois : « S'il y a un problème, on règle ça moi et toi. Lâche ton numéro, qu'on se donne rendez-vous. » On trouve aussi des souvenirs de bagarres, voire de meurtres, bien réels : « Encore récemment, pour 1 kg (de haschisch, NDLR), un mec du 51 s'est fait poignarder et il est mort pour rien. Christopher est en taule pour ça à vie (...) Bref ici, tu rentres pas si tu connais pas », écrit un habitant de la cité Orly Parc à Gonesse (Val-d'Oise) avant d'ajouter : « Comme d'hab', on vous dépouille au Leclerc et on vous transforme en légume au McDo. » Au milieu des moqueries d'usage entre départements d'Ile-de-France - « Arrête de te la raconter avec ta Seine-et-Marne. Y'a quoi de spécial dans le 77 ? Ils ont ouvert une nouvelle boulangerie ? Ouh la la c'est chaud ! » -, on retrouve aussi la vieille rivalité entre Paris et Marseille : « A Paname c'est tu tires ou tu braques, à Marseille c'est tu tires ou tu pointes. A Marseille, vous êtes des pêcheurs et il n'y a qu'un coin chaud, c'est la mer à 25 o .» Mais, au milieu de la mêlée, il existe quelques médiateurs : « Plus tard, t'apprendras quoi à ton fils ? Comment voler une voiture ? Tu fais partie de ceux qui donnent une mauvaise image des jeunes. » Un autre sous le pseudo A tous les faux lascars, ose : « Moi je dis : vive la police. Heureusement qu'ils sont là, sinon ta mère se ferait tuer dans la rue, ton fils achèterait dans la drogue en bas de chez toi et tu te ferais cambrioler tous les jours. Allez gamin, pose ton gun, tu vas blesser ta mère. »
   
    Un article de Frédéric Naizot & Damien Delseny.

Source : LE PARISIEN (14 novembre 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto