"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    La délinquance a reculé de 9% en octobre, annonce Dominique de Villepin
    France > délinquance, statistique
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Lundi 8 novembre 2004

    " La délinquance générale a reculé de 4,5% sur les 10 premiers mois de l'année et de 9% au mois d'octobre, a annoncé dimanche sur Europe-1 le ministre de l'Intérieur Dominique de Villepin.
    »En matière de lutte contre la délinquance, jamais nous n'avons obtenu d'aussi bons résultats», a souligné le ministre de l'Intérieur lors du «Grand rendez-vous».
    Dominique de Villepin a précisé que la délinquance de voie publique avait diminué de 15% en octobre.
    En outre, «pour la première fois depuis 10 ans, nous avons une baisse des violences contre les personnes». Cette dernière augmentait de 16% en 2001, a rappelé le ministre de l'Intérieur. »Aujourd'hui, il y a une baisse de moins 0,6%.»
    Dominique de Villepin a attribué cette inversion de tendance à la »mobilisation formidable» des forces de sécurité et à la »vigilance» des Français.
    »Nous avons besoin de continuer», a poursuivi le ministre de l'Intérieur, qui entend «s'attaquer au noyau dur de la délinquance» en luttant contre le trafic de drogue, la cybercriminalité, le terrorisme et l'immigration clandestine.
    »Nicolas Sarkozy avait engagé la première partie de la bataille. Je relève le deuxième défi, inscrire cet effort dans la durée et aller plus loin en s'attaquant un socle dur de la criminalité», a expliqué Dominique de Villepin, qui accompagnera lundi à Nîmes (Gard) le président Jacques Chirac. Le chef de l'Etat doit y donner un nouveau coup d'accélérateur à la lutte contre l'insécurité, à la veille du départ de Nicolas Sarkozy du gouvernement.
    Interrogé sur sa possible nomination à Matignon, M. de Villepin a de nouveau assuré qu'il n'avait d'autre ambition que «de travailler au quotidien à améliorer la sécurité des Français». «Je n'ai pas d'autre question à me poser: je suis concentré sur la mission qui est la mienne», a affirmé le ministre de l'Intérieur.
    Dominique de Villepin a cependant concédé qu'il s'adapterait «si les circonstances changeaient». «La responsabilité d'un homme qui est engagé, comme c'est le cas pour moi, depuis des décennies, c'est d'aller vers ce qu'il croit être la mission au service des Français», a-t-il souligné.
    Le ministre de l'Intérieur a nié que son absence vendredi en Corse au côté de Jean-Pierre Raffarin était due à un différend personnel avec le Premier ministre. Il a rappelé qu'il était vendredi à l'aéroport de Roissy pour faire le point sur la lutte contre l'immigration clandestine.
    »C'est une immense satisfaction pour le ministre de l'Intérieur que je suis de savoir que notre Premier ministre peut aller en Corse comme dans n'importe quelle région française, sans escorte, sans caravane», a ironisé M. de Villepin, reprenant la formule utilisée vendredi à Ajaccio par Jean-Pierre Raffarin pour expliquer son absence. «Je ne suis pas pour les déplacements en caravane», avait dit le Premier ministre aux journalistes."

Source : ASSOCIATED PRESS (9 novembre 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto