"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Violence et sexe : une nouvelle façon d'aider les collégiens
    France > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Samedi 23 octobre 2004

    " Comment prévenir la violence chez les jeunes alors que celle-ci a augmenté de 13 % l'an dernier dans les collèges ? Et comment amener les adolescents à plus de responsabilité sexuelle ? Deux questions et surtout un énorme chantier que l'association Je Tu Il a décidé de lancer voilà moins d'un an dans le cadre d'un programme baptisé « Cet autre que moi ». 3 493 collégiens en classe de 4 e répartis dans trente-six établissements de la capitale ont été les acteurs d'un procédé novateur. Dans chacune des 148 classes concernées, les élèves ont visionné trois petits films avec pour thème le sentiment amoureux, la violence verbale et l'abus sexuel. Ces trois projections suivies d'un débat en présence d'un animateur et d'un questionnaire ont fait apparaître des profils d'adolescents bien loin des clichés dans lesquels les enferme le regard des adultes. Extraits.
   
    « Maintenant je sais à quoi sert un adulte ! »
   
    Cette phrase résonne encore dans les oreilles de Bernard Bétrémieux, le président de l'association Je Tu Il. « Parmi toutes celles que j'ai entendues ou lues, c'est celle qui me restera », confie le grand artisan de ce programme. Pour les différents intervenants de l'association, elle témoigne de la très forte demande d'attention, voire de protection émanant des adolescents à un âge où l'estime de soi est en chute libre. « Malheureusement, ils ne sont pas dupes du regard négatif porté par les adultes », explique Virginie Dumont, psychologue et membre de l'association. D'où cet enfermement dans l'image qu'on veut bien avoir d'eux.
   
    « Elle est bonne ! »
   
    Les stéréotypes ont la vie dure même chez les adolescents qui n'hésitent pas à comparer la femme à une marchandise alimentaire. Mais au-delà de ces préjugés, la question de l'amour reste une préoccupation essentielle. Comment vit-on avec ce désir naissant tout en affrontant le regard impudique du groupe ? Si l'école apporte une réponse technique, les jeunes collégiens parisiens manifestent le besoin d'une information sensible sur le trouble amoureux, le premier baiser, la peur d'être aimé... « Il ne s'agit pas d'éditer un mode d'emploi, mais simplement de les rassurer sur le fait que tout cela est difficile », raconte Virginie Dumont.
   
    « Je me fais régulièrement insulter. »
   
    La banalisation de la violence verbale ne touche plus seulement que la tête de turc de nos cours de récréation. Bien au contraire, l'insulte ordinaire est devenue monnaie courante. D'ailleurs, les jeunes la présentent comme une habitude de langage que les adultes ne peuvent pas comprendre. Il faut du temps avant qu'ils réalisent la forte sexualisation de leurs propos. « En réalité, ils aspirent à plus de tranquillité mais ils ne savent pas comment faire », explique la psychologue. Idem avec la pornographie qui revient sans cesse dans les débats. « On crée chez eux un désir permanent mais sans l'accompagner », souligne Bernard Bétrémieux, dont l'action dans les collèges parisiens se poursuivra ces deux prochaines années."
   
    Un article de Frédéric Gouaillard.
   

Source : LE PARISIEN (23 octobre 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto