"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Enlevé, séquestré, frappé et humilié dans une cave, un jeune homme endure un calvaire
    France > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 4 juin 2004

    " Tortures et perversité ! Vincent, 25 ans, est encore en état de choc. Effrayé par les sévices qu'il a endurés, on ne sait toujours pas s'il trouvera le courage et la force de venir témoigner aujourd'hui à la barre du tribunal de Senlis face à ses trois tortionnaires. Difficile pour lui d'effacer les terribles images de son calvaire. Enlevé le soir du lundi 24 mai à Précy-sur-Oise par trois jeunes de l'agglomération creilloise, Vincent est séquestré toute la nuit dans une cave sordide de Nogent-sur-Oise. Une nuit de cauchemar commence alors pour ce jeune homme originaire de Seine-Saint-Denis. Après avoir subi un tabassage en règle, Vincent va être humilié par ses trois bourreaux. Après une semaine d'enquête, les gendarmes de Saint-Leu-d'Esserent et de Chantilly ont retrouvé la trace des trois ravisseurs. Arrêtés mardi matin à leurs domiciles, les trois hommes ont passé 48 heures en garde à vue et se trouvent actuellement à la prison de Liancourt. Ils seront présentés cet après-midi devant le tribunal de Senlis.
   
    Relâché au petit matin, avec de multiples plaies
   
    Ce lundi-là, Vincent ne sait pas encore qu'il va passer la soirée la plus sombre de toute sa vie. Alors qu'il discute paisiblement avec des amis au pied d'un immeuble de Précy-sur-Oise, une Peugeot 306 débarque subitement tout près du groupe. Trois hommes descendent prestement de la voiture. Visiblement, ils ont l'intention d'en découdre. La bagarre éclate aussitôt. Des coups sont échangés, et les jeunes de Précy parviennent, tant bien que mal, à prendre la fuite. Tous, sauf Vincent, qui ne peut échapper aux trois agresseurs. Les vitres de sa voiture volent en éclats, et Vincent est frappé une première fois. Il se retrouve embarqué de force dans la Peugeot 306. Les kidnappeurs vont lui masquer la tête avec un blouson afin que la victime ne repère pas les lieux où il est emmené. Vincent sera finalement conduit dans une cave de Nogent-sur-Oise où il va subir un interrogatoire en règle. Les trois Nogentais veulent savoir si Vincent a participé à un vol à la roulotte dont ils auraient été victimes ! Passé à tabac, à coups de pieds et de poings, frappé à la tête avec un cric de voiture, la nuit va paraître interminable à Vincent. L'acharnement est sans limites sur cette proie sans défense. Les tortionnaires iront jusqu'à uriner à tour de rôle sur le corps du jeune homme. Des pratiques jugées « d'une rare violence psychologique » par une source proche de l'enquête. Vincent sera finalement relâché au petit matin, délesté de son téléphone portable et de tout ce qu'il avait sur lui. Lorsqu'il est admis au centre hospitalier de Creil, il présente de multiples plaies. Devant la gravité des faits, le juge des libertés et de la détention n'a pas hésité un seul instant à incarcérer les trois agresseurs."
   
    Un article de Victor Fortunato.

Source : LE PARISIEN (4 juin 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto