"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Le nombre des délinquants dangereux augmente sans cesse au Canada
    Canada > délinquance, statistique
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Lundi 17 mai 2004

    " Le nombre des criminels dangereux et des anciens détenus faisant l'objet d'une surveillance à long terme a augmenté progressivement au cours de la dernière décennie, les tribunaux et la Couronne ayant de plus en plus souvent eu recours à la législation sur les délinquants dangereux dans les cas de crimes violents et répétés.
   
    Il y avait 331 criminels jugés dangereux au Canada, le 7 mars, selon des documents internes du gouvernement fédéral dont la Presse Canadienne a obtenu copie en vertu de la Loi d'accès à l'information.
   
    Le taux de désignation a atteint un sommet en 2001, alors que 29 délinquants ont été jugés criminels dangereux par les tribunaux. L'an dernier, 26 autres se sont greffés au groupe.
   
    Depuis que le fédéral a ajouté au code criminel la catégorie des délinquants visés par une surveillance de longue durée, en 1997, 260 personnes se sont vu infliger, au moment de la détermination de leur peine, en plus de l'incarcération, une surveillance pendant 10 ans après leur libération.
   
    "Les tribunaux aiment ça. Ils y ont de plus en plus recours", a affirmé Shandy-Lynn Briggs, surveillante de liberté conditionnelle à Toronto et spécialiste des questions juridiques au sein du Service correctionnel du Canada.
   
    "Nous avons constaté des augmentations significatives ces dernières années, maintenant qu'ils commencent à être familiers avec ça", a-t-elle ajouté.
   
    Les tribunaux ontariens sont ceux qui ont le plus recours à la législation relative aux délinquants dangereux, ayant procédé à 159 désignations de ces criminels. La Colombie-Britannique suit avec 111 désignations du genre.
   
    Ces nombres ne sont pas proportionnels au taux de criminalité, a précisé Graham Stewart, dirigeant de la Société John Howard.
   
    "La législation sur les délinquants dangereux a très rarement été utilisée par le passé", a-t-il dit, faisant cependant état d'une augmentation notable.
   
    La situation s'explique en partie par une amélioration de la technologie, celle-ci permettant à la Couronne d'être au fait des précédentes condamnations des suspects. La législation est également davantage maîtrisée.
   
    En outre, des pressions politiques ont été exercées, a indiqué M. Stewart.
   
    "Le public semble croire que nous pouvons prédire avec précision les futurs cas de violence", a-t-il affirmé, ajoutant que dans tous les cas, exception faite des plus extrêmes, cela n'était toutefois pas exact."

Source : LA PRESSE CANADIENNE (16 mai 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto