"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Des milices de quartier contre la délinquance dans l'Yonne
    France > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Lundi 10 mai 2004

    " Face à l'inquiétante montée de la délinquance, les habitants de Joigny (Yonne), une ville de 10 000 habitants, réclament des mesures. Depuis plusieurs jours, ils font circuler une pétition qui a déjà recueilli plusieurs dizaines de signatures. Et si leurs protestations se révèlent insuffisantes auprès des pouvoirs publics, leur député-maire, Philippe Auberger (UMP), les invite à prendre en main personnellement leur sécurité. Lors de la réunion de la commission locale de sécurité à laquelle assistaient une centaine d'habitants, très remontés contre les forces de l'ordre, le maire leur a demandé de collaborer avec la police : « Si vous voyez une personne étrangère à votre quartier qui stationne dans une voiture, patrouille ou fait le guet, vous devez alerter la police. » Et si cela ne suffit pas, il leur propose de devenir de vrais auxiliaires de police : « En désignant des volontaires dans chaque quartier qui transmettraient leurs informations aux services de police. » Bref, une sorte de comité de vigilance ou de milice de quartier. Dans l'Yonne, en matière de sécurité, Philippe Auberger est un élu aux méthodes originales. Il est le seul à avoir installé des caméras dans une des rues du centre-ville devenues le lieu de rassemblement des dealers. Apparemment, la mise en place de la vidéosurveillance a déplacé la délinquance vers les quartiers résidentiels. Déjà excédés par cette situation, les habitants s'inquiètent déjà du prochain passage en zone gendarmerie, leur commissariat fermant ses portes le 1 e r septembre.
   
    Explosion des agressions
   
    « Certains accusent ce passage de témoin - les gendarmes ont commencé à travailler depuis avril sur leur futur secteur - pour expliquer cette subite flambée », assure un riverain du Clos-Muscadet, l'un des quartiers touchés par la délinquance. Ici, le malaise est particulièrement palpable. Tout comme à la Madeleine, autre lieu sensible où se côtoient de nombreuses nationalités, le Clos-Muscadet est gangrené par de petits délits au butin dérisoire (vols de sacs à main, de papiers d'identité, d'argent liquide). « La répétition de ces actes suscite le ras-le-bol et empoisonne notre quotidien », assure un retraité. Des voleurs se sont récemment introduits en pleine journée chez un habitant occupé à jardiner, tandis qu'une vieille dame s'est retrouvée nez à nez avec des cambrioleurs encagoulés alors qu'elle fermait ses volets. Au point qu'une autre, par peur, avoue vivre cloîtrée chez elle, n'osant même plus partir en vacances. Depuis le début de l'année, la police constate « une multiplication des vols avec violence à l'arrachée et d'agressions de personnes âgées à leur domicile ». Au rythme de soixante par mois, ce qui fait exploser les statistiques. En janvier et février, la délinquance a augmenté de 18 % par rapport à la même période en 2003. Et ce, malgré la présence d'une cinquantaine de CRS venus prêter main-forte aux policiers."
   
    Un article de Gilles Rambourg.
   

Source : LE PARISIEN (10 mai 2004)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto