"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Le portrait d'Eric Clinton Newman, avant qu'il ne devienne Luka Magnotta, l'homme aux 70 pages Facebook et 20 sites Web
    Canada > Luka Magnotta, internet
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 22 juin 2012

    " L'existence virtuelle de Luka Magnotta s'est manifestée au travers de 70 pages Facebook et 20 sites Internet. Si le monde entier a entendu parler de Luka Rocco Magnotta, le présumé «dépeceur» de Montréal, personne ne connaît vraiment l'existence d'Eric Clinton Newman.
   
    Ses «exploits», qu'ils aient été véritables ou inventés, allégués par la police ou créés par lui de toutes pièces, ont été rapportés dans les médias un peu partout au cours des dernières semaines.
   
    Et il semble que c'était précisément là l'objectif de l'homme de 29 ans, accusé d'avoir assassiné et démembré l'étudiant chinois Jun Lin en mai à Montréal.
   
    Magnotta semble avoir vécu la majeure partie de son existence sur le Web, se servant d'Internet pour soigner son image sombre, tordue, et sa réputation sexuelle.
   
    L'image entretenue par l'acteur porno pourrait rester gravée dans les esprits, maintenant qu'il est de retour à Montréal et accusé, notamment, de meurtre prémédité, d'outrage à un cadavre, et de production et distribution de matériel obscène.
   
    Avec sa comparution par vidéoconférence au palais de justice de Montréal, mardi, lors de laquelle il a plaidé non coupable, Magnotta est bel et bien projeté à l'avant-scène médiatique qu'il aurait ardemment désirée.
   
    Sa véritable personnalité demeure toutefois empreinte d'une lourde chape de mystère.
   
    La vie qu'a eue le suspect avant son changement d'identité est nettement moins documentée sur le Web, bien qu'il en ait tout de même laissé quelques traces.
   
    Avant d'être accusé du meurtre de Jun Lin, âgé de 33 ans, de mettre en ligne une vidéo de son crime et d'envoyer par la poste des membres du corps de sa victime aux bureaux nationaux de partis politiques à Ottawa et à des écoles de Vancouver, avant qu'une rumeur de liaison avec Karla Homolka ne fasse surface — rumeur que plusieurs le soupçonnent d'avoir façonnée lui-même —, et avant l'apparition d'une vidéo sur YouTube qui le montrerait en train de tuer des chatons, il n'était qu'Eric Newman.
   
    Né sous le nom d'Eric Clinton Newman le 24 juillet 1982 dans l'est de Toronto, Magnotta a brouillé les pistes sur sa vie antérieure en changeant d'identité en 2006. Luka Rocco Magnotta n'a toutefois pas été créé du jour au lendemain, mais l'homme ne semble pas non plus avoir fait une transition en douceur d'une personnalité à l'autre.
   
    Magnotta se présentait aussi sous les pseudonymes de «Vladimir Romanov» et de «Jimmy»; il a créé des dizaines de noms d'usager pour le Web, entretenant 70 pages Facebook et 20 sites Web, ont indiqué les policiers.
   
    Un compte MySpace ouvert par un certain Luka Magnotta et dédié à ses grands-parents maternels Phyllis et Walter Yourkin et leur famille élargie, le clan des Yourkin-Williams, mentionne qu'il a été élevé par eux. Il y écrit: «Luka Magnotta, il est comme un fils très très cher à Phyllis et Walter».
   
    Cette page ne montre aucun signe d'activité au cours des dernières années, mais plusieurs vieilles photos de famille ont été mises en ligne, dont deux qui semblent avoir été personnalisées par Magnotta.
   
    L'une d'entre elles est marquée de l'inscription «Eric Newman copyright 2005», et on le voit porter un uniforme d'aviateur des années 1940, des images d'avions de guerre superposées en toile de fond. La photo porte aussi la mention «Luka Magnotta aka Eric Newman» (aka: «connu sous le nom de», en anglais).
   
    Plusieurs autres notes en ligne semblent avoir été rédigées par Magnotta lui-même, et décrivent son enfance — qui n'aurait pas été toujours rose — avec sa grand-mère.
   
    Sur une page MySpace, qui pourrait avoir été celle de Magnotta, on mentionne que l'homme a grandi avec des «parents absents» et dans un environnement sans règles, bien qu'il en «aurait désespérément voulu et eu besoin».
   
    Sa grand-mère n'a pu être jointe par La Presse Canadienne, et tous les autres membres de sa famille, incluant sa mère, Anna Yourkin, n'ont pas répondu aux demandes d'entrevue.
   
    «Je déteste ma mère»
   
    Une note de 1200 mots mise en ligne il y a neuf ou dix mois par «Vladimir Romanov» sur un forum titré «Je déteste ma mère» est une longue diatribe contre sa mère. Romanov dit être âgé de 29 ans et vivre principalement avec sa grand-mère, mais affirme que sa mère a ni plus ni moins gâché sa vie.
   
    Romanov soutient aussi que sa mère, «extrêmement manipulatrice», lui a enseigné à la maison et l'a forcé à porter des couches jusqu'à l'âge de sept ans. Il y allègue également avoir été agressé par des hommes de la famille.
   
    L'homme dit avoir été un prostitué et s'être fait violer, ajoutant avoir pris l'argent pour emmener sa mère pour des «vacances luxueuses».
   
    Sur le compte MySpace d'une femme se présentant comme étant «Anna Yourkin», on peut voir des photos d'une femme blonde avec Magnotta, les deux semblant en vacances dans un lieu tropical.
   
    La note de Romanov ne contient que des bons mots pour sa soeur de 24 ans et ses trois enfants.
   
    Des médias ont rapporté que Magnotta a une soeur prénommée Melissa, et une Melissa est liée à la page familiale sur MySpace, créée par un certain Luka Magnotta. Melissa y écrit: «J'aime mon frère aîné Luka, il est la personne la plus gentille que je connaisse, et il a toujours été là pour moi lorsque j'avais besoin de lui!».
   
    Un membre de la famille, dont l'identité n'a pas été révélée, a affirmé à l'Ottawa Citizen que la famille n'avait pas entendu parler de Magnotta depuis un bon moment déjà, après qu'il leur eut fait du mal étant plus jeune.
   
    La plupart des membres de la famille de Magnotta habitent Peterborough, en Ontario, où a grandi l'accusé. Il est aussi allé à l'école pendant quelques années à Lindsay, mais peu de ses camarades de classe de l'époque se souviennent de lui.
   
    Ceux qui se rappellent de Magnotta ont indiqué qu'il était souvent intimidé et battu.
   
    Une tante a raconté au Peterborough Examiner que Magnotta avait toujours eu une propension à inventer des histoires, et avait des «idées délirantes de grandeur».
   
    Il a emménagé à Toronto vers 2001, et aurait alors travaillé comme escorte et danseur dans un bar gai de la métropole.
   
    C'est en 2003 qu'il a commencé sa carrière sporadique d'acteur pornographique, faisant des apparitions dans trois films cette année-là, sous les noms de Luka et Jimmy. Il a participé à cinq autres films entre 2003 et 2010, et la plupart des titres indiquent qu'il s'agissait de pornographie homosexuelle.
   
    Magnotta a été accusé en 2004 de plusieurs infractions de fraudes avec des cartes de crédit, pour un total de 17 000 $. Il a plaidé coupable en juin 2005, et a été condamné à une peine de neuf mois de prison avec sursis, et une année de probation.
   
    Il a déclaré faillite en 2007, et des documents montrent qu'il devait 10 000 $ à une compagnie de «solutions financières et de prêts». Magnotta devait 17 000 $ et n'avait que 6500 $ en actifs. On indiquait que son emploi était celui de serveur, et son revenu mensuel se limitait à 800 $.
   
    Outre la compagnie de prêts, il devait aussi 800 $ en billets de stationnement à la Ville de Toronto, 2500 $ à sa société de gestion immobilière, et des milliers de dollars à des entreprises de service.
   
    Le train de vie de Magnotta ne semblait pas aussi luxueux que ce qu'il aurait voulu — ou se vantait d'avoir: sa page MySpace faisait mention d'un revenu de 250 000 $ ou plus.
   
    Le vrai de l'imaginaire
   
    Il a aussi énuméré ses héros, parmi lesquels Jésus, James Dean, Madonna et Abraham Lincoln.
   
    Il est toutefois difficile de départager les véritables informations de celles issues de l'imagination de Magnotta.
   
    Plusieurs internautes croient également que les notes le concernant ont été rédigées de sa propre main. Dans l'ensemble, l'information semblait destinée à vanter les mérites d'un individu dérangé.
   
    Des notes affichées au cours des derniers années sur plusieurs blogues, forums et d'autres sites Web décrivent des rencontres dépravées ou sadiques avec des proches.
   
    Un blogue qui ne contient qu'une seule note, mise en ligne en août 2008, contient des informations sur la vie de Magnotta, mais mentionne aussi qu'il «vit désormais dans les Antilles avec sa nouvelle épouse Karla Homolka», qu'il est un «maître de la manipulation», et est en amour avec sa soeur.
   
    «Jusqu'à quel point un homme peut-il être fou et délirant?», interroge la note anonyme.
   
    «En 2007, la relation de Luka avec sa soeur a implosé à cause de son propre chaos moral», y conclut-on. «Luka est incapable de vivre sans chaos dans sa vie, cela lui donne l'impression qu'il a de l'importance. C'est l'explication qu'un psychiatre m'a donnée lorsque je lui ai décrit la situation.»
   
    Certains s'interrogent quant à la possibilité que Magnotta ait pu être à l'origine des rumeurs d'une liaison avec Karla Homolka. Il s'était confié à un quotidien de Toronto en 2007 pour nier la rumeur, en plus de nier qu'il ait pu en être la source.
   
    Sur la page MySpace de Magnotta, un internaute, «Karla Teale Magnotta», complimente l'homme sur ses vacances. «Tu es tellement beau. Oh mon Dieu. J'aimerais vivre ma vie comme toi... tu as eu une vie franchement excitante. Ne laisse pas les ennemis se mettre en travers de ton bonheur. Ton fan numéro 1», écrit-on.
   
    Une autre note sur la même page MySpace de la famille Yourkin-Williams, créée sur le compte personnel de Magnotta, indique: «Luka Magnotta se promène dans son condo avec de nouveaux vêtements et se change toutes les heures. Il a des troubles mentaux et est très très imprévisible. Il abuse de beaucoup de médicaments, qu'il appelle ses vitamines.»
   
    Dans une note MySpace rédigée par un certain Luka Magnotta et adressée à un autre Luka Magnotta, on peut lire: «Salut Luka, tu es tellement génial. Je suis ton plus grand fan! Je sais que tu n'as pas le temps de lire tous les commentaires mais j'espère que tu liras le mien! Je te suis depuis le début de ta carrière et tu as vraiment réussi!».
   
    Une autre, aussi écrite et adressée au même individu, souligne que tous croyaient qu'il pourrait se sortir de la pauvreté avec ses films mais qu'il n'a pu gérer le succès. «Il n'a pas de famille ni de véritables amis», ajoute-t-on.
   
    Magnotta avait atteint une certaine infamie sur Internet lorsqu'un groupe en ligne l'a dénoncé, en décembre 2010, relativement à une vidéo YouTube qui montrait un jeune homme en train de tuer deux chatons, les plaçant dans un sac et utilisant un aspirateur pour en retirer l'air. Le tabloïd britannique The Sun écrivait que cette vidéo ainsi qu'une autre montrant un chaton donné en pâture à un python avaient été envoyées à leurs bureaux, accompagnées d'un avertissement: «Une fois que vous tuez et goûtez le sang, il est impossible d'arrêter».
   
    Le journal a cru que l'envoi provenait de Magnotta, en se basant sur des photos de lui dans des endroits semblables aux vidéos, mais l'homme a nié ces allégations et soutenu être harcelé par The Sun.
   
    Par ailleurs, il semble qu'un internaute ait commenté plusieurs jours avant la disparition de Jun Lin la vidéo «1 fou 1 pic à glace» qui montrerait le démembrement de l'étudiant.
   
    Les gestionnaires du site Best Gore, qui hébergeait la vidéo du pic à glace, croient que ces commentaires sont ceux de Magnotta. Certains ont aussi avancé que les notes avaient été mises en ligne avant que le meurtre ne soit commis.
   
    «Il semble qu'il ait voulu que les gens parlent du film et veuillent le voir avant qu'il ne puisse le produire pour une 'sortie officielle' sur le Web», peut-on lire dans une note de Best Gore datée du 9 juin.
   
    Ce qui devrait être un procès hypermédiatisé a débuté mardi avec une première comparution par vidéoconférence, à Montréal. Une note sur la page MySpace de Magnotta s'apparente à une prophétie: «Seul Dieu peut me juger et j'attends le jour de mon jugement. La vie est trop courte, vivez chaque jour comme si c'était le dernier!»."

Source : LA PRESSE CANADIENNE & 98.5 FM (21 juin 2012)

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin
     Des milliers de fans de Luka Magnotta se manifestent sur Facebook


[Tous les articles criminologie]

    Re : Le portrait d'Eric Clinton Newman, avant qu'il ne devienne Luka Magnotta, l'homme aux 70 pages Facebook et 20 sites Web
    Commentaire posté par Shona le Vendredi 29 juin 2012
    Affolant! C'est à la limite de la schysophrénie...


    Re : Le portrait d'Eric Clinton Newman, avant qu'il ne devienne Luka Magnotta, l'homme aux 70 pages Facebook et 20 sites Web
    Commentaire posté par susanhanim le Mardi 10 juillet 2012
    Quel chaos!

    Re : Le portrait d'Eric Clinton Newman, avant qu'il ne devienne Luka Magnotta, l'homme aux 70 pages Facebook et 20 sites Web
    Commentaire posté par jumper67450 le Samedi 14 juillet 2012
    Horrible, c'est dingue quand même de devenir comme ça..


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto