"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Procès d'une femme soupçonnée d'avoir demandé à ses amants de tuer son mari
    France > meurtre, strangulation, procès
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mardi 19 juin 2012

    " Le procès d'une femme soupçonnée d'avoir commandité l'assassinat de son mari, et de ses deux amants, dont l'un est accusé du meurtre, a débuté lundi à Beauvais, devant la cour d'assises de l'Oise.
   
    Isabelle L., 35 ans, soupçonnée d'avoir demandé à ses amants de supprimer son mari, comparaît pour complicité d'assassinat avec Frédéric R., 33 ans et Alain L., bientôt 40 ans, jugés respectivement pour assassinat et dissimulation de ce crime.
   
    L'audience s'est penchée lundi matin sur les personnalités d'Isabelle L. et de Frédéric R., qui ont tour à tour nié les faits qui leur sont reprochés.
   
    Le 10 novembre 2008, Isabelle L. s'était rendue à la gendarmerie, se disant inquiète de ne pas voir rentrer son mari et craignant que celui-ci ait mis fin à ses jours en raison de leurs difficultés financières.
   
    Jean-Luc L., père de cinq enfants et employé de l'hippodrome de Compiègne, disparu la veille de son domicile, à Longueil-Annel (Oise), avait finalement été retrouvé mort un mois plus tard, le 12 décembre, enterré dans une sablière. L'autopsie a démontré qu'il avait été préalablement étranglé avec une ceinture.
   
    Devant les enquêteurs, les deux amants de Mme L. se sont renvoyé la responsabilité du meurtre. Isabelle L. elle-même a accusé Frédéric R., puis Alain L. du crime.
   
    Mr. R., qui est jugé pour assassinat et destruction d'un véhicule par incendie, est soupçonné d'avoir étranglé le mari de sa maîtresse, à laquelle il avait demandé à plusieurs reprises de divorcer pour vivre avec lui. Il encourt, tout comme Mme L., la réclusion criminelle à perpétuité.
   
    Mr. L., qui comparaît libre pour destruction d'un véhicule par incendie, infraction consistant à cacher un cadavre et non empêchement de crime, est quant à lui soupçonné d'avoir aidé à transporter le corps de la victime.
   
    Le procès doit durer jusqu'à vendredi."

Source : AFP (19 juin 2012)

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto