"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un couple de restaurateurs de Tournai avoue s'être inspiré de Dutroux pour fabriquer une cache dans leur cave
    Europe du Nord & de l'Ouest > Dutroux, maltraitance, procès
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Samedi 16 juin 2012

    " Ils avaient aménagé une cache dans la cave de leur restaurant pour dissimuler des travailleurs clandestins.
   
    Le couple qui dirige un restaurant implanté à Tournai a comparu devant le tribunal correctionnel.
   
    Arrêté en janvier 2008 suite à une plainte déposée par un ouvrier clandestin, le couple est poursuivi pour traite des êtres humains, menaces, fraude sociale et blanchiment d’argent et risque une peine de trois ans de prison minimum, même si le ministère public préfère que le tribunal les punisse en vidant leur patrimoine.
   
    Un patrimoine très important puisque des sommes de plus de 260.000 euros ont été déposées en espèces, sur une période de trois ans, sur des comptes luxembourgeois et chinois, alors que la patronne se plaint d’un vol en espèces de 100.000 euros au sein de son restaurant.
   
    Parlons-en de cette petite femme au caractère fort. “Lors de son arrestation, elle a traité les policiers de racistes et l’interprète de collabo, en faisant un parallélisme douteux entre la perquisition et l’invasion de la Chine par les Japonais”, raconte Isabelle Algoet, substitute du procureur du Roi.
   
    Le patron, quant à lui, avouera qu’un certain Marc Dutroux l’a inspiré dans l’aménagement d’une cache pour que ses employés clandestins, soumis à des horaires de fous pour un salaire dérisoire, puissent s’y cacher en cas de contrôle.
   
    Entendus par les enquêteurs, les victimes ont fait des révélations qui font froid dans le dos. Après être arrivées en Belgique par le biais d’une organisation mafieuse chinoise, dans des conditions inhumaines, elles sont entrées en contact avec les restaurateurs via une annonce parue dans un journal chinois édité en Belgique.
   
    Maltraités durant leur travail, payés au lance-pierres (une femme de ménage albanaise dit avoir été payée 5 euros par semaine), ces gens logeaient sur des lits de fortune dans la cave, sans avoir accès à un point d’eau.
   
    Cependant, la patronne estime que ces gens lui ont coûté plus cher que des Belges car elle devait les nourrir (avec les restes du restaurant), les loger et investir 150 euros par mois dans du… shampoing ! Par contre, elle refusait de payer les soins pour un clandestin atteint d’une tumeur cancéreuse à la trachée.
   
    Jugement le 6 septembre."
   
    Un article de Cédric Ketelair.

Source : LA DERNIERE HEURE (16 juin 2012)

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto