"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un prof d'histoire montre la vidéo du meurtre de Luka Magnotta à ses élèves de 4ème + REPORTAGE
    Canada > Luka Magnotta, internet
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Jeudi 14 juin 2012

    " Dans la catégorie «manque de jugement», un prof d'histoire et éducation à la citoyenneté de l'école secondaire Cavelier-de-LaSalle, dans l'ouest de Montréal, détient une sérieuse option sur le titre. Lundi dernier, à ses élèves de 4e secondaire, il a fait regarder la vidéo sordide du meurtre dont Luka Rocco Magnotta est accusé.
   
    Vous avez bien lu: LA vidéo qui montre les derniers moments de l'étudiant Lin Jun. Oui, celle-là, celle qui donne mal au coeur, celle qui a mené à l'arrestation de Luka Rocco Magnotta en Allemagne, celle qui pourrait lui valoir des accusations de meurtre et d'outrage à un cadavre, une fois qu'il reviendra à Montréal.
   
    Quand j'ai reçu l'information, je n'y croyais pas. Trop gros. Mais vérification faite auprès de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, hier, l'histoire est véridique.
   
    Lundi matin dernier, donc, pour des raisons inconnues, cet enseignant a décidé de faire visionner à ses élèves la vidéo en question, en classe. Plusieurs élèves ont été traumatisés par ce qu'ils ont vu. Évidemment, l'affaire a rapidement fait le tour de l'école.
   
    C'est un directeur adjoint de l'école qui, sur l'heure du midi, a appris d'un élève que la terrible vidéo avait été montrée à des élèves, pour la plupart âgés de 16 ans. L'enseignant a été suspendu sur-le-champ, avec salaire, conformément à la convention collective.
   
    «Ce n'est pas un moment de gloire, c'est désolant et ça nous dérange énormément, m'a déclaré Diane Lamarche-Venne, présidente de la commission scolaire, hier. C'est une initiative personnelle de ce professeur, une initiative que tout le monde condamne, tant à l'école qu'à la commission scolaire.»
   
    Qui est ce prof? Pourquoi a-t-il pris la décision insensée de montrer à des ados une vidéo unanimement décrite comme insupportable? Y voyait-il une valeur pédagogique?
   
    Mme Lamarche-Venne a été prudente dans ses commentaires, pour ne pas entraver le processus disciplinaire. L'enseignant, que la présidente de la CS Marguerite-Bourgeoys m'a décrit comme n'étant «pas un régulier» de l'école secondaire Cavelier-de-LaSalle, pourra présenter sa version des faits ce matin.
   
    Selon ce que j'ai appris, il a envoyé un courriel à ses collègues de l'école, la semaine dernière, s'excusant de sa décision de montrer ces images épouvantables à ses élèves.
   
    Le lendemain du visionnement, mardi dernier, la CS Marguerite-Bourgeoys a constitué une cellule de crise à l'école, avec un psychologue et des psychoéducateurs, pour permettre aux élèves de s'exprimer. «C'était important qu'ils aient quelqu'un à qui parler de ce qu'ils ont vu, pour rationaliser l'événement.»
   
    Que des psys débarquent dans une école est une procédure normale, un peu partout au Québec, dans les cas d'événements troublants qui perturbent la vie scolaire. La décision de dépêcher à Cavelier-de-LaSalle une cellule de crise tombait sous le sens, dès que la direction de la commission scolaire a eu vent de l'affaire.
   
    «Beaucoup de choses ont été dites sur cette vidéo, relate Diane Lamarche-Venne. Par exemple, le Service de police de la Ville de Montréal a déconseillé aux gens de tenter de la visionner, parce que c'est dérangeant.»
   
    Au téléphone, hier, Mme Lamarche-Venne a fait face aux questions vaillamment, sans se défiler. L'école et la CS n'ont rien à voir avec la décision incroyablement imbécile du prof, mais, pourtant, l'école et la CS se retrouvent dans La Presse sous un éclairage peu flatteur, ce matin. En plus, pour respecter le processus disciplinaire, Mme Lamarche-Venne devait peser chacun de ses mots. Bref, je me sentais mal pour elle...
   
    Au Syndicat de l'enseignement de l'ouest de Montréal, le président, Luc Jacob, a dit vouloir observer un certain devoir de réserve, le temps que la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys finisse son enquête. «Je n'ai pas parlé à cet enseignant, je ne le connais pas. Nous allons aviser quand nous aurons les résultats de l'enquête.» "
   
    Un article de Patrick Lagacé pour LA PRESSE du 13 juin 2012.
   
    Pour visionner un reportage de FRANCE 2 du 13 juin 2012 sur Luka Magnotta, cliquez sur le lien SOURCE.

Source : REPORTAGE FRANCE 2

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin
     REPORTAGE : les restes retrouvés à Vancouver, Ottawa et Montréal appartiennent tous à Lin Jun, la victime présumée de Luka Magnotta
     Le professeur qui a montré la vidéo de Magnotta est renvoyé


[Tous les articles criminologie]

    Re : Un prof d'histoire montre la vidéo du meurtre de Luka Magnotta à ses élèves de 4ème + REPORTAGE
    Commentaire posté par Moi17300 le Jeudi 14 juin 2012
    Suspendu avec maintien du salaire. C'est du foutage de g... Honnêtement, si j'étais les parents, je me retournerais à la fois contre le professeur, mais également contre l'établissement...


    Re : Un prof d'histoire montre la vidéo du meurtre de Luka Magnotta à ses élèves de 4ème + REPORTAGE
    Commentaire posté par julien84 le Jeudi 14 juin 2012
    C'est vrai que Magnotta est rentré dans l'histoire avec son acte citoyen on aura tout vu ! Même si c'était des étudiants en médecine je comprendrais pas peut être des experts criminologues et encore je dis ça je dis rien ! Si même les profs s'y mettent...


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto