"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    "Si j'ai coupé son pénis, c'est par folie"
    France > coups & blessures, procès
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 9 mars 2012

    " Un Français de 38 ans, jugé aux assises d'Aix-en-Provence (sud) pour avoir tranché avec un cutter le pénis de l'amant de sa femme en octobre 2008, a expliqué jeudi que son geste avait été "dicté par la folie.
   
    Selon sa version des faits, son rival, au physique de grand gaillard, s'est présenté à son domicile le 23 octobre 2008 vers 10H00, lui déclarant, geste à l'appui: "Je suis avec ta femme, c'est moi qui la touche. Si tu n'es pas content, c'est pareil", raconté à l'audience Blaise F..
   
    M. F. dit l'avoir alors assommé dans le hall d'entrée, puis ôté son pantalon et son slip avant de lui sectionner le pénis avec un cutter et de le jeter dans les toilettes.
   
    "C'est un acte pas réfléchi, dicté par ma folie, mon inconscience, mes peurs, mes peines. Peut-être par rapport aux propos tenus avant (par la victime, NDLR)", argue le mari trompé. "En revenant des toilettes, je remets les deux pieds sur terre". Il appelle très vite les secours, tandis que son rival est "prostré dans un coin", comprimant la zone mutilée.
   
    Pour l'avocat de l'amant âgé de 36 ans aujourd'hui, Me Grégoire Ladouari, "cela ressemble plus à une vengeance calculée qu'à un coup de folie". "Il voulait punir mon client par là où il avait péché", estime-t-il.
   
    "Depuis trois ans et demi, il vit dans l'espoir de pouvoir envisager un processus de reconstruction" de son organe sexuel, raccourci dans sa longueur à 3 cm au repos et environ 5 cm en érection.
   
    Autre incertitude dans ce dossier, le rôle de la femme au coeur de la dispute, "Mado", qui avait quitté son bureau précipitamment et échangé 18 coups de fil avec l'agresseur le matin des faits.
   
    Depuis, elle a eu un troisième enfant avec lui et envisage de l'épouser.
    Verdict attendu vendredi."

Source : BELGA (9 mars 2012)

    Articles relatifs :
     Jugé pour avoir coupé le sexe de son rival avec un cutter
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles criminologie]

    Re :
    Commentaire posté par sorenza le Samedi 10 mars 2012
    Ce pauvre homme aura beaucoup de problème sur le plans sexuelle (pas de gland, pas de plaisir) et surtout psychologique (l'estime de soi, complexe, mal être...), 3cm au repos et 5 cm en érection!!! c'est vraiment peu, généralement quand un homme a un problème au cerveau ou au pénis c'est qu'il utilise trop l'un et pas assez l'autre (avec tout mon respect). La majorité des hommes ne son pas satisfaits de la taille de leurs membres, ce n'est pas ma spécialité, mais en médecin un pénis de 10 cm et très bien, plus exactement 10,84cm, la moyenne française et de 15,11cm en érection et (la moyenne mondial est de 14 cm). Pour les hommes la taille est très importante (au repos) c'est synonyme de virilité, de fécondité et même de pouvoir, certain hommes se font beaucoup de souci et se sente "handicapé" (a tort) avec un membre de taille respectable et tout a fait opérationnel en érection, d'abord a cause du "syndrome du vestiaire" puis avec c'est pseudo star du porno aux engins monstrueux (macropénis) et aux mensurations rarissimes et inutiles, car de tout les façon la cavité vaginal d'une femme "normal" ne dépasse pas les 15 cm et la majorité des zones érogènes se trouve a quelque centimètres (5-8 cm) de l'entrer du vagin qui est d' ailleurs un "espace potentielle" ça à dire qu'il s'adapte a toutes les tailles,(et le clitoris est a l'extérieure), chez l'homme la partie la plus érogène et le "gland" qui est entièrement constituer de corps spongieux extrêmement riche en terminaisons nerveuses et très sensible au tacts, il y une moindre concentration de ces terminaisons nerveuse sur tout le longs de l'organe, donc une grande taille n'est pas absolument nécessaire au plaisir masculin, ajoutant qu'un instrument trop grand peut entraîner des douleurs chez certaine femmes.
    Il n'y a pas de rapport précis entre la taille à l'état "flaccide" et la taille à l'état " étiré", des micropénis au repos peuvent augmenter de 4 fois alors que des membres de bonne dimension n' augmentent que de quelques cm, le diamètre et beaucoup plus important que la longueur, certain hommes en quête d' agrandissement de leurs membres, sont victimes d' arnaqueurs qui vantent les mérites de certain produit, exercices naturels ....ou certaines "prothèses" d'étirement qui sont douloureux et qui peuvent même "cassé" l'organe et là la douleur est invraisemblable, il y a aussi une intervention chirurgical appeler "Phalloplastie" qui consiste a extériorisé la partie intérne du pénis en sectionnant partiellement le ligament porteur de la verge dans son point de jonction avec l'os du pubis, cette opération consiste a faire gagner au patient 2 à 4 cm visible au repos, cela dépend de l'anatomie penienne de l'homme en question, par contre cette intervention n'as aucun effet sur les actions des corps caverneux responsable de l' érection, simultanément une "Plastie cutané d'avancement" et nécessaire pour que la peau au dessus de la racine de la verge ne vienne limité l' extériorisation du pénis, en gros donner de l' espace à la nouvelle dimension du membre, si le patient décide de faire "une phalloplastie complet" (allongement et épaississement) le chirurgien fait un " lipofilling" qui consiste a extraire de la graisse de l'abdomen, des cuisses ou des fesses et la transplanter a l'aide d'instrumentation très fins et adaptée à cette méthode il injecte des canules d'un millimètre dans le plan sous-cutané du pénis, cela nécessite plusieurs intervention progressives pour gagner 2 à 4 cm de circonférence et NON de diamètre, visibles au repos et en érection, la réussite de cette opération appelé "Pénoplastie" dépend du comportement du tissu adipeux (la graisse) don la vitalité des greffons peu être très fragile et le risque de non intégration des céllules, ou une résorption postopératoire par le métabolisme et cela nécessitera la répétions des interventions, le tabagisme du patient qui est un facteur extrêmement nuisible a la vitalité des greffons, n'oublions pas le risque d' insatisfaction des résultats, irrégularité du contour (apparence de peau d'orange), hématome, hypertrophie, nécrose...etc.
    Ces opérations ne peuvent en aucun cas augmenter les performances sexuelles d'un sujet, mais restaurer sa confiance en lui et l' intégration sociale vis a vis de ses paires. Avant l' intervention un bilan psychologique et exigé pour évaluer la réelle nécessité de la chirurgie.
    Un homme avais dit un jour:" Il vaut mieux être Schumacher au volant d'une LADA que sans permis dans une LAMBORGUINI".


    Re :
    Commentaire posté par milodragovitch le Dimanche 11 mars 2012
    Le problème pour cette victime n'est pas seulement dans la taille de son pénis, mais dans l'absence de gland, et, j'imagine, l'aspect mutilé de son sexe.
    Je ne crois pas qu'il existe de chirurgie pour remplacer/greffer une partie aussi particulière de l'anatomie. Pas d'auto-greffe possible, et quid des terminaisons nerveuses ?

    Re :
    Commentaire posté par sorenza le Dimanche 11 mars 2012
    Je ne suis pas spécialiste en chirurgie intime masculine, c'est une spécialité en plein essor , mais sur le plan du développement embryonnaire l'ebuche est exactement la même entre le "gland" et le "clitoris". Théoriquement rien ne peut remplacé ni l'un ni l'autre, mais certaine chirurgie réparatrice de la verge en cas de fracture ou d' électrocution sont très satisfaisantes, sauf que les cas d' ablation du membre dépend de l'age du sujet (plus il est jeune plus il y a des chance de réussite), cette intervention consiste à rallongé les corps érectile en sectionnant le ligament pour extraire les corps caverneux résiduelles et les faire sortir de manière proéminent , puis les maintenir par des branches ischio-pubiennes, puis couvrir le corps érectile en procédant à une reconstruction du prépuce en posant des greffes de peau du scotum, du grand muscle dorsal, de l' abdomen ou des fesses... , le chirurgien procède aussi au rallongement de l'urètre pour assurer une miction normal (uriner), chaque cas est particulier et la"réussite" de cette opération dépend bien sur de la dextérité du chirurgien mais aussi de l'age du patient et la "mesure" des corps caverneux résiduelles, et surtout que le métabolisme ne rejet pas l'auto-greffe. Cette chirurgie reste particulièrement délicate, avec des risque poste-opératoire importants et au coût très élevé, mais l'objet de cette intervention et de restauré "l' estime de sois " du patient et lui assuré une miction et une sexualité plus au moins satisfaisante.
    A ma connaissance et pour l' instant aucune partie du corps ne peut remplacé "le gland" le principale membre du plaisir masculin, il est constitué de corps spongieux aux terminaisons nerveuses extrêmement sensible et complexe, certains chercheurs disent avoir réussie cette prouesse médical sur des lapin :) mais pas encore sur un être humain, probablement un jour avec l' avancé de l' intelligence cellulaire ont réussira à cloner un pénis:) qui c'est....

    Re :
    Commentaire posté par milodragovitch le Lundi 12 mars 2012
    Merci pour tous ces détails, que j'espère ne jamais croiser dans la réalité.. :)


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto