"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Reportage sur une nouvelle nuit de violence à Strasbourg
    France > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Dimanche 21 mars 2004

    " Une vingtaine de voitures ont été brûlées et quatre personnes interpellées dans la nuit de samedi à dimanche dans les quartiers sensibles de Strasbourg, où a régné pour la troisième nuit consécutive une vive tension suite au décès d'un jeune père de famille tué par un gendarme.
    Les incidents ont eu lieu dans les quartiers strasbourgeois du Neuhof, -d'où était originaire la victime -, de Cronenbourg, de la Meinau, de Koenigshoffen et de Hautepierre.
    Les pompiers sont intervenus une cinquantaine de fois, pour des feux de véhicules et de poubelles, a-t-on appris auprès des pompiers. Trois de leurs véhicules ont été caillassés.
    Les policiers ont également été victimes de jets de pierres et l'un d'entre eux a été légèrement blessé au bras par une pierre ayant traversé la vitre de son véhicule, a-t-on précisé de source policière.
    D'autre part, des cocktails molotov ont été lancés sur un centre socio-culturel de Schiltigheim, commune mitoyenne de Strasbourg, provoquant des dégâts légers.
    La situation s'est apaisée dimanche vers 01h00.
    Ces tensions font suite au décès, vendredi, de Hassan Jabiri, 33 ans, abattu mercredi soir près de Colmar d'une balle en pleine tête par un gendarme, lors d'un contrôle routier. Selon les autorités judiciaires, le coup serait parti "accidentellement".
    Hassan Jabiri, qui avait été contrôlé au volant d'une Peugeot 405 dépourvue de plaque minéralogique et de pare-choc à l'arrière, avait attiré l'attention d'une patrouille du peloton autoroutier de Rixheim en la doublant à vive allure sur l'autoroute.
    Samedi après-midi, de 600 à 800 personnes, selon la police et les organisateurs, avaient défilé silencieusement dans le centre de Strasbourg en mémoire de Hassan Jabiri. Des incidents avaient eu lieu en marge de la manifestation, dans un centre-ville investi par des dizaines de CRS et de gendarmes mobiles.
    Les manifestants, qui portaient des photos de la victime et des banderoles proclamant "Que justice soit faite", "On n'est pas du gibier", "Non aux permis de tuer", ou encore "La police m'a tuer", se sont dirigés en silence vers la préfecture, où une délégation a été reçue par le préfet.
    La famille de la victime, qui marchait en tête du cortège, avait appelé à une manifestation "digne et calme" et avait publiquement condamné les violences qui ont émaillé les quartiers sensibles de Strasbourg jeudi et vendredi soir.
    "Je souhaite que la justice soit rendue pour qu'on puisse avoir encore un espoir dans cette société", a déclaré Najia, une des soeurs du défunt, devant la préfecture.
    "S'il y a un coupable, qu'il soit puni comme tout le monde", a renchéri Mohamed, l'un de ses frères. "Hassan a été tué comme une bête sauvage, abattu comme un sanglier", a fustigé Fouad, un autre frère de la victime."
    Source : AFP (21 mars 2004).
   
    Pour visionner le reportage de FRANCE 3 ALSACE, cliquez sur le lien SOURCE.

Source : REPORTAGE

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto