"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un condamné à mort cite Albert Camus avant d'être exécuté
    Etats-Unis > peine de mort, littérature
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mardi 15 décembre 2009

    " Un homme de 49 ans, condamné pour le meurtre de son ex-femme, de son beau-frère et son épouse en 1994, a invoqué le philosophe et écrivain français Albert Camus avant d'être exécuté vendredi par injection mortelle dans l'Indiana, a indiqué la prison dans un communiqué.
   
    Matthew Eric Wrinkles, qui était dans le couloir de la mort depuis 14 ans, avait renoncé aux dernières possibilités d'appels contre son exécution.
   
    Le décès a été constaté à 00H39 locales (06H39, heure de Bruxelles) à la prison de l'Indiana à Michigan City après une injection mortelle de trois produits.
   
    Dans un texte remis avant son exécution, Matthew Wrinkles, écrit: "Comme disait Albert Camus: tuer un homme au paroxysme de la passion est compréhensible. Le faire tuer par quelqu'un d'autre de façon calme et réfléchie (...) est incompréhensible".
   
    En juillet 1994, Matthew Wrinkles, sous amphétamines et vêtu d'un uniforme de camouflage avec des peintures de guerre sur le visage, avait tué à coups de pistolet son ex-femme, son beau-frère et l'épouse de celui-ci dans leur maison. Le condamné a reconnu les faits mais assuré les regretter."

Source : BELGA (12 décembre 2009)

[Tous les articles criminologie]

    Re : Un condamné à mort cite Albert Camus avant d'être exécuté
    Commentaire posté par nina75 le Mardi 15 décembre 2009
   
    Albert Camus était un fervent opposant à la peine de mort.Il souhaitait l' abolition de la guillotine en France,tout comme Arthur Koestler voulait celle de la pendaison en Grande-Bretagne.
    Cette dernière aura lieu en 1965,plus tard pour la France.
    Camus est né en Algérie,sa mère "détestait les Arabes".
    Koestler,juif Hongrois né à Budapest,naturalisé britannique depuis seulement quelques années.C'est un désillusionné du communisme auquel il a longtemps adhéré.
    (Comme la journaliste américaine Rose Wilder Lane,membre du parti communiste américain puis Républicaine,adversaire du New Deal de Roosevelt,amie d'Ayn Rand,fille de Laura Ingalls Wilder (son frère étant mort en bas âge),qui encouragea sa mère à raconter ses souvenirs de jeunesse dans une série de livres connus sous le nom de Little House Books (La petite maison dans la prairie) adaptés à la télévision à partir de 1974.)
    Koestler est l'auteur du livre Le Zéro et l'infini (1940)(Calmann-Lévy,1945) qui dénonce le stalinisme.Ce texte lui vaudra des inimitiés parmi les intellectuels français de gauche.(Simone de Beauvoir en particulier,qui sous Vichy avait,pour pouvoir être professeur,demandé et obtenu un certificat d'aryanité prouvant qu'elle n'était pas juive,comme l'avait fait Jean-Paul Sartre).
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Certificat_d%27aryanit%C3%A9
    ""… tout enseignant dut affirmer sous la foi du serment qu'il n'était ni juif ni franc-maçon.Georges [de Beauvoir]… félicita même sa fille d'avoir signé l'attestation… "J'ai signé parce que je ne pouvais pas faire autrement..." . Extrait de Simone de Beauvoir,de Deirdre Bair (Arthème Fayard)"
    Journaliste pendant la guerre d'Espagne,il a été condamné à mort par les franquistes avant d'être échangé par la Grande-Bretagne contre un prisonnier franquiste.Il a été interné par une France qui n'était pas encore vichyste au camp du Vernet d’Ariège qui a servi à regrouper des Républicains espagnols dès 1939,après la défaite de la République espagnole.À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale,les étrangers « indésirables »,les intellectuels antifascistes, les membres des Brigades internationales sont internés au Vernet dans des conditions terribles.
    Koestler s'est engagé dans la Légion Etrangère française.Il deviendra le pourfendeur du communisme,des totalitarismes.Dans les débuts de la guerre froide,il sert la propagande anticommuniste menée par les services de renseignements britanniques.Et,en avance sur son temps,un opposant à la peine de mort,ceci étant avivé par des affaires de possibles erreurs judiciaires où des innocents auraient été exécutés (Timothy Evans en 1950,Derek Bentley en 1953).
    Sa réputation sera ternie par la parution de sa biographie par David Cesarini en 1999 qui révèle qu'il aurait violé des femmes avec violence,dont des femmes connues,forçant à avorter,à une époque où c'était encore illégal en Angleterre,celles qui tombaient enceintes.Et,malade,il aurait contraint en 1983 sa dernière compagne Cynthia à se suicider avec lui,alors qu'elle n'avait peut-être pas la volonté de le faire.Il défendait depuis longtemps l'euthanasie volontaire et était devenu en 1981 vice-président d'« Exit ».Son testament prévoyait la création de la chaire de parapsychologie de l'université d'Édimbourg, qui fut effectivement inaugurée un an plus tard.
    En 1957,on est en pleine guerre d'Algérie.Le Président est René Coty.Il a fait partie de la majorité des parlementaires qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940.Jeune avocat au début du 20e siècle,il avait réussi à éviter la peine de mort à l'un de ses clients.Ironie de l'Histoire,devenu Président de la République,il sera l'un de ceux qui grâcieront le moins de condamnés à mort.Moins que ceux de la IIIe République (notamment Armand Fallières) et que ceux de la Ve.C'est lui qui refusa de grâcier Jacques Fesch aussi en 1957,dont la canonisation a été envisagée récemment.Le contexte de la guerre d'Algérie n'était sans doute guère favorable même pour des affaires de droit commun.
    Camus et Koestler se rencontrent,ont de longs entretiens sur leur opposition commune à la peine capitale,d'où ils tirent un ouvrage en collaboration : Réflexions sur la peine capitale (1957) (Gallimard-Folio,2002).Ils appellent de leurs voeux l'abolition de la peine de mort dans leurs pays respectifs et dans le monde.
    Camus,en 1957,voulait l'abolition.Cette année-là,Fernand Yveton,un Européen d'Alger,a été arrêté porteur d'une valise de bombes.Torturé horriblement à l'électricité,il est condamné à mort en peu de temps,alors qu'il n'a pas tué.Son ordre d'exécution est signé par le Garde des Sceaux.Il est guillotiné par le bourreau d'Alger Fernand Meyssonnier.
    24 ans plus tard,ce Garde des Sceaux sera celui qui exaucera le voeu de Camus.Elu Président en 1981,François Mitterrand chargera son Garde des Sceaux à lui,Robert Badinter,de présenter le projet de loi pour l'abolition qui sera voté à la fin de l'année.Badinter avait été l'avocat de Roger Bontems,exécuté avec Claude Buffet pour le meurtre de l' infirmière Nicole Comte et du surveillant Guy Girardot lors d'une prise d'otages à la prison centrale de Clairvaux en 1971.Badinter avait plus rard en 1977 pu convaincre la même cour d'assises de l'Aube d'épargner la vie de Patrick Henry coupable du meurtre odieux du petit Philippe Bertrand.
   
   
   
   


    Re : Un condamné à mort cite Albert Camus avant d'être exécuté
    Commentaire posté par milodragovitch le Mardi 15 décembre 2009
    Merci pour la 'tartine', très instructive ; je ne connais Koestler que de nom, pour les bisbilles avec Beauvoir. J'irai mettre mon nez dans son bouquin écrit avec Camus, à l'occasion..


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto