"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Des jours à côté du cadavre de sa compagne
    Canada > nécrophilie
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 8 août 2008

    " Le fiancé de Vayolla Brutus aurait passé quelques jours aux côtés du cadavre de sa petite amie, multipliant les mensonges pour cacher sa disparition.
   
    Contre toute attente, Banza Tshiany, 30 ans, qui s'est rendu aux policiers de Laval peu avant 6h hier, n'a pas été accusé du meurtre de son amie de coeur. Il a plutôt été accusé d'indignité envers un cadavre, probablement en raison de la façon dont il en a disposé, selon nos informations.
   
    Pendant que l'accusé, plutôt grand et mince, comparaissait dans le box des accusés, une autopsie était pratiquée sur le corps de la victime. La cause de la mort n'avait pas encore été divulguée, hier soir, mais on a appris que d'autres accusations pourraient être portées contre le suspect.
   
    Elle voulait rompre
   
    Vayolla, 24 ans, et Banza Tshiany étaient ensemble depuis environ sept ans et ils s'étaient fiancés en novembre. Mais leur relation battait de l'aile depuis peu.
   
    «Elle m'avait dit qu'elle avait envie de le laisser, mais qu'elle n'avait pas encore pris sa décision», raconte une cousine de Vayolla, Daphney Monestine. La victime, explique sa cousine, croyait que son copain, qui avait la réputation de flirter ouvertement avec d'autres, l'avait trompée.
   
    Son copain était aussi jaloux et possessif, selon les amies de la victime.
   
    Samedi, Vayolla et son copain se seraient rendus dans un party, selon nos informations, et ils auraient consommé des substances illicites. On ignore où elle est morte, mais son corps aurait été transporté à la maison en voiture, c'est pourquoi la police a saisi son véhicule et celui du suspect.
   
    Depuis que Banza Tshiany avait été expulsé de son logement, il vivait chez sa copine sur la rue de Florence, à Vimont, selon des amies de Vayolla. Il serait resté avec le cadavre dans la maison, où vivent aussi les parents et un frère de Vayolla.
   
    Quand les parents de la jeune femme, inquiets de ne plus la voir, l'ont questionné, il leur aurait inventé plusieurs excuses pour expliquer son absence; tantôt elle travaillait, tantôt elle répétait avec sa troupe de danse africaine Obaasima.
   
    Odeur suspecte
   
    Mais mardi soir, le père de Vayolla, qui a détecté une odeur émanant de la chambre de sa fille, a fait la macabre découverte. Le corps, qui présentait des blessures à la tête, était recouvert de plusieurs draps.
   
    «Comment il a pu parler avec le père et la mère comme si de rien était alors qu'il y avait un cadavre à côté ! Il dormait dans la chambre tout ce temps», lance Daphney.
   
    «C'est un...de salopard. Ta blonde meurt puis t'es même pas foutu de le dire à la police ou à quelqu'un», rajoute une autre amie de Vayolla, Carmelle André."

Source : LE JOURNAL DE QUEBEC (7 août 2008)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto