"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un plan anti-violence au Brésil
    Amérique centrale et latine > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mardi 21 août 2007

    " Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a dévoilé lundi un plan de lutte contre la violence doté de 3,3 milliards de dollars.
   
    Avec 45.000 meurtres par an, le Brésil se classe au quatrième rang de la liste noire des pays aux taux d'homicide les plus élevés, derrière la Colombie, la Russie et le Venezuela, selon l'Organisation des Etats ibéro-américains pour l'éducation, la science et la culture.
   
    A Recife, dans le nord-est, le taux annuel est de 80 homicides pour 100.000 habitants, soit le double de la situation dans les villes les plus violentes des Etats-Unis.
   
    "Ce plan ne suffira pas à compenser des siècles d'inégalité qui ont servi de terreau à cette violence", a dit Lula lors d'un discours à Brasilia. Mais il a ajouté que l'initiative permettrait de "traiter la violence urbaine avec la fermeté et la rigueur de l'Etat".
   
    L'amélioration de la qualité du maintien de l'ordre, le renforcement des programmes sociaux et d'éducation et la mise en chantier de nouvelles prisons sont les axes majeurs du plan présenté par Lula.
   
    Plus de 400.000 jeunes, dont d'ex-détenus, devraient bénéficier de plans de formation et d'aide financière dans le cadre de ce programme de lutte contre la violence.
   
    Les 160 prisons en projet, dont la construction devrait permettre d'alléger la surpopulation carcérale, seront en outre dotés de services spécialisés dans l'éducation et la formation à l'emploi des détenus.
   
    Le crime organisé au Brésil est souvent dirigé par des détenus depuis leurs cellules, comme ce fut le cas l'an dernier lors des violences urbaines contre la police de Sao Paulo.
   
    "Il s'agit d'un pas important dans la bonne direction", a jugé Rubem Cesar Fernandes, directeur de l'ONG Viva Rio. "Il s'attaque aux causes essentielles de la violence. La question est de savoir si l'Etat aura les moyens de sa mise en oeuvre." "

Source : REUTERS (21 août 2007)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto