"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Menacée par des dealers, une mère de famille de Goussainville fait une grève de la faim
    France > drogue, harcèlement, police, délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Mercredi 7 mars 2007

    " Un témoignage contre des dealers, son anonymat non respecté, des menaces qui imposent un déménagement. Voici les trois grandes étapes qui ont conduit Irène, une mère de famille de Goussainville, à entamer une grève de la faim. Selon elle, la police aurait mis sa vie en danger en ne cachant pas son identité, depuis elle et sa famille se retrouve sans ressource. Irène a donc décidé d'interpeller le ministère de l'Intérieur, qui dit-elle, lui a promis un dédommagement qui ne vient toujours pas.
   
    Un appel à l'aide
   
    "Même si je meurs, je m'en fous". Cette phrase en dit long sur le désespoir d'Irène, cette mère de famille qui s'est lancée dans une grève de la faim. Après avoir dénoncé des présumés trafiquants de drogue qui sévissaient au pied de son immeuble, dans la cité Ampère à Goussainville dans le Val d'Oise, elle et sa famille subissent menaces sur menaces. Depuis, Irène, son compagnon Jean-François et ses deux enfants ont déménagé et se retrouvent sans ressource. Tout cela, explique-t-elle, parce que la police n'a pas respecté son anonymat lors de son témoignage.
   
    En effet, lorsqu'elle dépose contre les dealers de son quartier, Irène se retrouve face à face avec les familles de ceux qu'elle vient de dénoncer. La police est également venue la chercher dans la cité avec une voiture sérigraphiée. Après ces évènements, la famille d'Irène essuie une série de menaces : "t'es grillée à mort" et insultes quotidiennes à l'interphone et volets caillassés la conduisent à quitter le quartier qu'elle habitait depuis 11 ans. En arrêt maladie, Irène vit avec son compagnon qui est au chômage. "Sans ressource", dit-elle, ils risquent de se voir couper eau et électricité. Dans cette situation, Irène interpelle le ministère de l'Intérieur contre lequel elle a même déposé plainte avec Maître Gilbert Collard comme avocat. Il y a un mois, le ministère lui aurait promis un dédommagement qu'elle n'a toujours pas reçu. Ne voyant pas d'autre issue, Irène se lance donc dans une grève de la faim.
   
    Dans une semaine, un membre de l'IGPN, la police des polices, doit entendre Irène. Une enquête administrative est en cours pour déterminer si les policiers de Goussainville ont oui ou non mis en danger leur témoin. D'ores et déjà, le ministère de l'Intérieur précise qu'Irène s'était déjà très souvent signalée au commissariat pour des conflits avec les jeunes du quartier."

Source : RTL.FR (7 mars 2007)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto