"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Liège sera bientôt surveillée par 109 caméras, contre 30 aujourd'hui
    Europe du Nord & de l'Ouest > police, délinquance
    Article posté par Isabelle Longuet le Vendredi 8 septembre 2006

    " Où en est le réseau de caméras de surveillance installé à Liège ? Selon les autorités, cela a apporté plusieurs impacts positifs en terme de sécurité. Le réseau pourrait s'élargir. Un aspect à surveiller : la protection de vie privée.
   
    Le 21 novembre 2005, le conseil communal votait l'extension du réseau de caméras surveillance. Un élargissement qui devait amener à 109 le nombre de caméras placées dans la ville. Aux trente appareils déjà présents devaient s'ajouter 79 caméras : 45 au centre-ville et 34 dans les quartiers et commissariats. Où en est ce réseau ? C'est la question que s'est posée Pierre Stassart, conseiller socialiste.
   
    «Actuellement, les serveurs et trois écrans sont placés et opérationnels à l'hôtel de police, rue Natalis, ce qui signifie que les images de 24 caméras y sont rapatriées -8 caméras Tec, 6 caméras de police, 10 de la zone Avroy et 4 de liaisons autoroutières», note Willy Demeyer.
   
    Dans le courant de ce mois, la visualisation des images d'environ une trentaine de caméras supplémentaires sera possible, une fois le raccordement électrique effectué. D'autres câblages de fibre optique sont en cours également pour raccorder l'ensemble des commissariats. «L'échéance de décembre 2006 pour la finalisation du réseau, et donc pour le raccordement de 109 caméras, est toujours d'application», a ajouté le bourgmestre.
   
    Si les caméras fonctionnent bel et bien, il est une donnée essentielle pour leur efficacité -à savoir, la dissuasion des auteurs de criminalité: il faut que la population (auteurs et victimes, donc) soit informée de la présence des caméras.
    Selon le chef de la police, «une signalisation via des panneaux carrés d'environ 20 cm représentant une caméra est en cours de réalisation».
   
    Parmi les effets positifs du système, les autorités notent une diminution de l'enregistrement de faits de criminalité. En répercussion, les endroits surveillés sont davantage fréquentés puisque les gens s'y sentent en sécurité. «Le réseau entraîne un effet «de halo», car la criminalité pour d'autres types de délits que ceux visés baisse aussi, les citoyens marquent une confiance accrue en la police et les fausses alertes sont en chute», constate Willy Demeyer. Une satisfaction que semblent relayer les commerçants, comme vient de le relever un mémoire de fin d'études d'un étudiant de l'ULg, consacré au sujet.
   
    Mais un tel système soulève la délicate question de la protection de la vie privée, la démocratie étant, selon certains, mise à mal dans un espace surveillé par les caméras. «Toutes les garanties sont prises à ce niveau: des caches apparaissent devant les fenêtres d'immeubles filmés, les 35 policiers ont reçu une formation spécifique et les images sont écrasées après 72 heures», répond le bourgmestre, qui rappelle «que la commission de vigilance n'a été saisie à ce jour d'aucune plainte relative à la protection de la vie privée». "
   
    M.Lg.

Source : LA LIBRE BELGIQUE 6 septembre 2006

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto