"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Natascha Kampusch victime du roman "L'Obsédé"? Une piste de la police
    Europe du Nord & de l'Ouest > enlèvement, suicide, littérature, police scientifique
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Dimanche 3 septembre 2006

    " Le ravisseur de la jeune Natascha Kampusch, séquestrée huit ans dans une maison, s'est-il inspiré du célèbre roman porté à l'écran »The Collector» (»L'Obsédé», en français)? La question se pose en tout cas en raisons de coïncidences troublantes, selon la police autrichienne.
   
    Les enquêteurs recherchent le livre ou la vidéo du film tiré de la première oeuvre du romancier britannique John Fowles (1926-2005) dans la maison du crime à Strasshof (25 km au nord de Vienne), a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police judiciaire fédérale (BKA), Helmut Greiner, vendredi.
   
    »The Collector», écrit en 1963, traite de l'enlèvement d'une jeune fille, Miranda Grey, par un homme, Frederick Clegg, qui veut collectionner autre chose que des papillons et qui a longuement repéré sa future victime.
   
    Le roman a été porté à l'écran sous le même titre par William Wyler (Columbia Pictures, 1965) avec Samantha Eggar et Terence Stamp dans les rôles de la captive et du kidnappeur.
   
    La police a été mise sur la piste par un coup de téléphone anonyme et »elle suit toutes les pistes», a précisé M. Greiner.
   
    Dans la maison de Wolfgang Priklopil, les enquêteurs ont achevé vendredi leur collecte d'indices biologiques (notamment de cheveux, pour les traces d'ADN) et matériels qui restent à exploiter.
   
    M. Greiner n'a pu dire à ce stade si la vidéo ou le roman de Fowles figuraient parmi les éléments trouvés mais il a noté qu'»il pourrait y avoir des parallèles avec la réalité».
   
    Dans le livre, et dans le film, après avoir gagné une petite fortune lors de paris sur le football, Clegg achète une fourgonnette et une maison à la campagne, et remodèle une pièce cachée en sous-sol. Il observe à l'avance sa future victime et après l'enlèvement s'efforce de séduire Miranda, en répondant à ses besoins ou en lui achetant des disques de Mozart. Celle-ci tentera plusieurs évasions.
   
    De fait Priklopil avait dit à Natascha - selon son témoignage lu à la presse lundi - qu'il l'avait observée et que s'il n'avait pas enlevé la fillette de 10 ans ce jour de mars 1998 alors qu'elle se rendait à l'école, il l'aurait fait à un autre moment. Il semblait aussi avoir assez d'argent pour ne pas aller souvent travailler.
   
    Selon la police, ce technicien méticuleux passa aussi de longs mois à préparer son coup en construisant sous son garage une pièce insonorisée de 8m2, derrière un sas pratiquement indétectable.
   
    D'après l'expert psychiatre Reinhard Haller, le psychopathe à la volonté de contrôle total - qui avait sans doute »de grandes angoisses d'échec sexuel» - et sa victime ont dû aussi développer des relations d'affection: »elle l'a également vu comme un père, un éducateur, un ami, peut-être un amant», a-t-il dit au magazine News.
   
    D'après la critique, Fowles avait réussi à faire de son personnage non plus un monstre, mais un solitaire en mal d'amour.
   
    Il existe cependant une grande différence finale avec le roman, où Miranda meurt de maladie et Clegg songe ensuite au suicide mais sans passer à l'acte.
   
    Natascha Kampusch, qui selon les témoignages avait été vue plusieurs fois cet été en public en compagnie de Priklopil, a bien fini par s'évader le 23 août et son ravisseur de 44 ans, recherché par la police, s'est, quant à lui, bien suicidé en se jetant sous un train quelques heures plus tard.
   
    La jeune fille a dit avoir profité du fait que Priklopil s'était éloigné pour téléphoner à cause du bruit de l'aspirateur qu'elle passait dans la voiture.
   
    L'appel émanait de quelqu'un qui se renseignait pour un appartement que le ravisseur avait mis à louer à Vienne, rapporte le journal Wiener Zeitung dans son édition de samedi matin.
   
    Grand romancier psychologique, John Fowles a notamment connu la notoriété avec »Le Mage» (The Magus) et »Sarah et le lieutenant français» (The French Lieutenant's Woman)."

Source : AFP (2 septembre 2006)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto