"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Le lourd passé du violeur en série présumé
    France > viol, procès
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Samedi 8 octobre 2005

    " L'examen de la personnalité de Patrick Jamet, ce violeur en série présumé de 49 ans qui comparaît depuis vendredi et jusqu'au 13 octobre devant les assises du Puy-de-dôme pour quatre viols et 12 agressions sexuelles commis entre juillet 2001 et mars 2003 dans l'agglomération de Clermont-Ferrand, a révélé son lourd passé de justiciable.
    "Je vais faire un reproche à la justice: sachant ce qu'il a déjà fait, s'il avait été surveillé, il aurait pu être soigné", a lâché la mère de l'accusé, Odette Lapoile, convoquée à la barre des témoins. "Soigné de quoi?", lui demande alors le président Joël Montcriol. "Pour ses pulsions. S'il me l'avait dit, je l'aurais fait soigner", répond-elle.
    Cet échange est un écho supplémentaire au passé de violeur de Patrick Jamet. Le président de la cour l'a en effet interrogé longuement en matinée sur une affaire de viol qui a eu lieu en 1981. Jamet a d'abord invoqué pour toute réponse sa réhabilitation, avant de reconnaître qu'il avait "déjà été condamné pour une affaire de viol. C'était en 1981. J'ai imposé une fellation à une fille dans mon immeuble avec un couteau".
    Il faudra attendre le témoignage dans l'après-midi de l'inspecteur qui a suivi l'affaire en 1981 pour connaître le détail de cette agression: une jeune femme venue rendre visite à une amie avait croisé par hasard Jamet dans l'immeuble où il demeurait. Ne trouvant pas l'appartement de son amie, elle lui demande un renseignement. Il ne peut l'aider, mais sous un faux prétexte, l'attire dans une cave de l'immeuble et lui impose une fellation sous la menace d'un couteau.
    Ce scénario est proche du mode opératoire des viols et agressions sexuelles sur les 16 femmes, crimes et délits pour lesquels il comparaît à Riom. "Il a été jugé pour cette affaire?", demande le président Montcriol à l'inspecteur Bernard Lefèvre. "Oui, j'ai témoigné aux assises", confirme ce dernier. La cour ne pourra en savoir plus, car comme l'a signalé l'accusé, il a bénéficié d'une réhabilitation.
    Son avocat, Me Denis Reboul-Salze, explique hors de l'audience que le casier judiciaire de son client "a été expurgé de toute condamnation". Patrick Jamet avait, "pour des raisons professionnelles, besoin d'un casier exempt de condamnation. Il a donc demandé à un juge une réhabilitation qui lui a été accordée". Cette réhabilitation ne permet donc pas de présenter l'accusé comme un récidiviste.
    L'expert psychiatre, Mireille Riffault, qui a entendu l'accusé à deux reprises en mai 2003, deux mois après son arrestation, parle de "notion de transgression, de perversion, de compulsion de répétition, pas loin d'une conduite toxicophilique". Elle raconte qu'il "était soulagé de s'arrêter. Il a une aptitude à bénéficier de soins, mais ce sont des suivis longs, délicats, dans un cadre légal".
    A la question d'un avocat de la partie civile sur une éventuelle curabilité, l'expert restera pourtant évasive. "Est-ce que c'est quelqu'un capable de tuer dans dix ans ou vingt ans?", demande l'avocat général Jean-Mary Rousseau. "C'est quelque chose qu'on ne peut pas exclure", répond Mireille Riffault.
    Patrick Jamet encourt une peine de vingt ans de prison. "

Source : AP (8 octobre 2005)

    Articles relatifs :
     Un violeur en série devant les assises du Puy-de-Dôme
     Reportage: un violeur en série devant les assises de Riom
     Un violeur en série condamné à 19 ans de réclusion


[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto