"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    France > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Samedi 24 septembre 2005

    " Choisi au hasard, un élève a été roué de coups
   
    Un élève de terminale du lycée Pierre-Mendès-France de Vic-en- Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées, a été passé à tabac lundi soir, par six de ses «camarades» de classe. P., 17 ans, a été victime de l'«abattage», cet étrange «amusement» qui vient des Etats-Unis et consiste à rouer de coups, sans raison, une personne choisie au hasard par un groupe de copains.
   
    Le jeune homme a été agressé vers 20 h 45, dans la chambre qu'il partage avec deux autres internes. Les six élèves ont éteint la lumière, se sont rués sur lui, l'ont projeté sur son lit où il a été tabassé pendant près de trois minutes. C'est un surveillant, alerté par le bruit et les cris de P., qui a mis fin à la rixe. Quasiment K. O. et très choqué psychologiquement, couvert d'ecchymoses, le garçon a aussitôt été emmené à l'infirmerie. Gérard Wasmer, le proviseur, craignant qu'il ne souf fre de lésions internes, a appelé les pom piers et le Samu qui ont décidé de l'évacuer sur l'hôpital de Tarbes pour qu'il y passe un examen plus approfondi.
   
    «Cette affaire est très grave, s'insurge Gérard Wasmer. D'autant plus grave qu'ils l'ont attaqué à plusieurs et dans le noir. Au-delà de sa douleur physique, P. est très perturbé par ce qu'il a vécu. Ces pratiques stupides et très dangereuses sont inacceptables.» Quelques minutes après l'«abattage», le proviseur s'est attelé à identifier les auteurs de ces violences gratuites. «Nous les avons rapidement trouvés. Je leur ai passé un savon monumental et je leur ai demandé d'assumer leurs actes en exigeant que chacun d'eux m'écrive une lettre dans laquelle il explique précisément ce qu'il a fait.»
   
    Les élèves se sont exécutés. Dans leur courrier, tous ont reconnu leur participation, juré regretter et assuré ne pas avoir voulu faire de mal à leur camarade. P. aurait été choisi par hasard, il est établi que le groupe avait décidé dans l'après-midi qu'il subirait l'«abattage» le soir même.
   
    Les parents de P. ont porté plainte et les six élèves ont été exclus une semaine. «Nous ne pouvons pas passer sur ce genre de choses. La loi du silence doit être brisée. Cette violence collective doit être totalement proscrite», poursuit Gérard Wasmer.
   
    A ceux qui penseraient que cette affaire est la conséquence d'un manque de surveillance, le proviseur répond : «Dès qu'il y a un problème, des parents avancent ce genre d'argument. Je leur dis que l'on ne peut pas mettre un gendarme derrière chaque citoyen ou des caméras partout. Là, les élèves avaient quartier libre et un surveillant se trouvait à l'étage. Il s'agit davantage de faire prendre conscience aux jeunes qu'il y a des actes interdits, graves et répréhensibles.»
   
    Le lycée envisage de mettre en place une cellule psychologique pour venir en aide à P., qui se demande pourquoi il a été choisi comme victime, mais aussi à tous les élèves choqués."
   
    Un article de Guillaume Atchouel.

Source : LE FIGARO (24 septembre 2005)

[Tous les articles criminologie]

    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par alien13 le Samedi 24 septembre 2005
    La montée de la violence gratuite chez les ados m'inquiète...


    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par nafaza le Samedi 24 septembre 2005
    ce genre de trucs arrivaient dans mon college il y a plus de 10 ans cela s'appelait la boule... Donc rien de nouveau alien 13

    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par alien13 le Samedi 24 septembre 2005
    Moi je parle de 30 ans en arrière.........

    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par clyde le Dimanche 25 septembre 2005
    chaque époque à eu son lot de connerie pitoyable, il y a toujours quelque part une bande de crétin primaire et brutaux qui font fatalement plus d'éclats que les autres par des actes de ce genre, et il y en à d'autres qu'on entend pas parcequ'il sont correct humain et qu'on ne parle jamais de ceux là comme si ils n'existaient pas.

    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par Merlin le Lundi 26 septembre 2005
    Il y a 30 ans peu d'élèves accédaient au lycée, un sacré "ecrémage" était fait à partir de la 6ème, n'allaient au lycée que les élèves qui étaient là pour travailler et pas pour grossir des statistiques de 80% d'une classe d'âge au BAC.
   
   
   

    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par Cendres le Lundi 26 septembre 2005
    Quand mes parents étaient gamins, dans les années 40 et 50, il y avait déjà ce type de violence, que ce soit par de jeunes loulous de ville ou des abrutis de campagne. Probablement en moins fréquent, mais en matière de bêtise, rien de neuf sous ce sombre soleil.

    Re : Un lycéen victime de la mode de l'«abattage»
    Commentaire posté par Frank Castle le Mercredi 28 septembre 2005
    Moi, ca m'est déjà arrivé d'être victime de ce jeu de débiles mais sans aller jusqu'à là. Les ados sont vraiment de plus en plus cons !!! Pardon pour la vulgarité mais c'est vrai...


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto