"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Dérives inquiétantes de fêtes étudiantes
    Europe du Nord & de l'Ouest > délinquance, coups & blessures
    Article posté par Isabelle Longuet le Vendredi 24 juin 2005

    " Des fêtes étudiantes filent à la dérive
   
    C'est la fin des examens : les barbecues se multiplient sur les bords du lac de Louvain-la-Neuve. Les bagarres et incidents, parfois très graves, aussi...
    Les alentours du lac de Louvain-la-Neuve deviendraient-ils infréquentables ? Les incidents, dont certains d'une extrême gravité, se répètent. Depuis le début de la semaine, pas moins de 11 arrestations judiciaires y ont été opérées.
   
    Le dernier fait remonte à la nuit de mercredi à jeudi. Des étudiants fêtaient la fin des examens sur les pelouses bordant le lac. Vers 2 heures du matin, la police locale est appelée pour une violente bagarre impliquant une trentaine de personnes. Résultat: quatre jeunes arrêtés, dont deux ont moins de 18 ans. Un des majeurs est bruxellois ; l'autre est connu des services de police.
    «La veille, on a dû intervenir pour une autre dérive très inquiétante, du type «Orange mécanique», nous explique le commissaire Jean de Stexhe, directeur des opérations à la police locale d'Ottignies-Louvain-la-Neuve. Le scénario fait froid dans le dos. Un étudiant refuse une cigarette à un jeune. Quelque temps plus tard, ce dernier revient avec sa bande et le premier est proprement rossé. «Il était à terre : un des types lui a schooté dans la tête, en prenant son élan. On n'a pu que ramasser les morceaux...», continue le policier. Et vendredi dernier, un jeune homme a eu le crâne fracturé après une agression commise en bande : il a frôlé la mort... La plupart des faits de violence ont été élucidés ; les auteurs ont été déférés au parquet, indique encore le commissaire de Stexhe.
   
    Bandes urbaines
   
    Depuis 2 ou 3 ans, Louvain-la-Neuve est confrontée au phénomène des bandes urbaines, explique le policier. «Cela s'inscrit dans un contexte plus large de mutation de Louvain-la-Neuve, qui n'est plus un «bac à sable» pour étudiants. A cause de son rayonnement, elle connaît les problèmes d'une grande ville, sans l'être.»
   
    La situation a dégénéré au fil du temps. «Au départ, il y avait un folklore informel et sympa: des étudiants fêtaient les examens sur les terrains bordant le lac appartenant à l'Université catholique de Louvain. Cela n'a jamais posé beaucoup de problèmes.» Mais, depuis l'an dernier, et le phénomène s'est singulièrement accentué cette année, des jeunes extérieurs au milieu universitaire débarquent à Louvain-la-Neuve pour découvrir le site et profiter du climat festif. Ce sont essentiellement des rhétoriciens, des lycéens, parfois de très jeunes élèves, attirés par le charme et les loisirs nocturnes de la cité étudiante.
   
    A cela s'ajoute le phénomène des bandes qui viennent chercher noise aux fêtards ou dépouiller les étudiants, qu'elles soient locales - «25pc des logements sociaux du Brabant wallon sont situés dans la commune d'Ottignies-Louvain-la-Neuve» - ou importées des communes voisines, voire de Bruxelles ou Namur.
   
    «On gère au mieux de nos possibilités», indique le commissaire de Stexhe. Mais la police locale connaît d'ailleurs un problème structurel de non-reconnaissance du caractère particulier d'Ottignies-Louvain-la-Neuve. «On est hors normes. En plus des 30000 habitants, on doit aussi gérer 20000 étudiants. Cela pose un problème de moyens: la nuit, je ne peux en tout et pour tout mettre que 4 à 5 policiers sur le terrain.» La situation risque bien de s'aggraver à l'automne, avec l'ouverture du grand complexe commercial qui promet de drainer 120000 personnes par semaine sur le site. «Jusqu'ici, on vivait au rythme académique : on pouvait souffler pendant les vacances. Cela va changer...»
   
    Une réflexion poussée
   
    Au vice-rectorat aux affaires étudiantes de l'UCL, on prend la situation très au sérieux et on veut mener une réflexion poussée. Les pelouses bordant le lac sont la propriété privée de l'UCL ; en principe, les barbecues y sont interdits. «Ces initiatives sont plutôt sympathiques : on ne veut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Mais il faut réfléchir ensemble: police, UCL, étudiants, commune, parents, Administration des domaines pour éviter les excès intolérables», indique Anne Van Laethem, chef de cabinet du vice-recteur aux affaires étudiantes. Des opérations de sensibilisation sont déjà menées auprès des étudiants en matière de respect de la propreté des lieux. "
   
    Annick Hovine

Source : LA LIBRE BELGIQUE 24 juin 2005

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto