"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Un tiers des agressions jamais signalées
    France > délinquance, coups & blessures, statistique
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 10 juin 2005

    " «Un tiers des victimes d'agressions physiques ne se signalent pas aux autorités.» C'est, selon le ministre de l'Intérieur, le premier enseignement d'une enquête de grande ampleur menée par l'Insee pour le compte de l'Observatoire national de la délinquance (OND). Menée par sondage auprès de 13 000 ménages et plus de 24 000 personnes de 15 ans et plus, cette étude, dont les résultats définitifs seront publiés en septembre, révèle déjà que près de 1 000 personnes de l'échantillon sélectionné ont déclaré avoir subi au moins une agression physique au cours des années 2003 et 2004.
   
    Pour le président de l'OND, Alain Bauer, «il est clair que les réticences à porter plainte s'expliquent souvent par la peur tout court, la peur des représailles ensuite, mais aussi le manque de confiance dans l'institution judiciaire».
   
    Ces éléments tombent, en tout cas, à pic pour illustrer la nécessité du «programme national» d'aide aux victimes présenté hier par Nicolas Sarkozy à l'école des officiers de gendarmerie de Melun, en présence de nombreux représentants d'associations.
   
    Infléchissant son discours sur la culture du résultat, le ministre de l'Intérieur veut faire de la qualité de l'accueil aux victimes l'autre critère d'évaluation de la performance policière. Et pour veiller à cette exigence, une délégation aux victimes, commune à la police et à la gendarmerie, sera créée. Les associations y auront leur place.
   
    Cet organe effectuera des audits, s'intéressant aux incidents et aux réclamations. Il réalisera même des enquêtes de satisfaction. Le ministre s'est également engagé à ce qu'il y ait des locaux pour les associations «au sein même» de son ministère qui reprend les attributions de l'ex-secrétariat d'Etat aux droits des victimes.
   
    Inféodation de la justice à la police ? Hier, l'entourage du garde des Sceaux ne semblait guère inquiet. L'Intérieur a beau plaider pour une «réduction des délais de convocation en justice des délinquants» et une amélioration de «l'exécution des peines», nul n'ignore – et surtout pas les policiers – que ces clés-là restent encore entre les mains des seuls magistrats."
   
    Un article de Jean-Marc Leclerc.

Source : LE FIGARO (10 juin 2005)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto