"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Des mineurs délinquants de plus en plus violents
    France > délinquance, vol
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Lundi 21 mars 2005

    " Ce week-end, plus de deux semaines après le meurtre d'un buraliste, victime d'une tentative de braquage le 3 mars à Cachan, le dernier suspect, un adolescent de 16 ans, a été écroué. Comme ses quatre complices présumés, des jeunes de 17 ans arrêtés quelques jours après le drame, il a été mis en examen pour tentative de vol à main armée et homicide volontaire. Exceptionnel par sa gravité, ce fait divers n'en est pas moins révélateur d'une tendance de fond qui inquiète policiers et magistrats du département. Si, proportionnellement, la part des mineurs dans la délinquance tend à diminuer (- 3,4 % en quatre ans dans le Val-de-Marne), ils sont de plus en plus souvent impliqués dans des infractions pénalement graves. Bien qu'âgés de seulement 16 et 17 ans, les cinq adolescents de Cachan sont « montés au braquage ». Avec pour seule arme une bombe lacrymogène, ils ont agressé un commerçant de leur quartier. Ce dernier refusant de leur donner la caisse, ils n'ont pas hésité à user de violence. Dans des circonstances encore mystérieuses, au cours d'une bagarre, le buraliste, aveuglé par le gaz lacrymogène, a fait une chute qui s'est révélée mortelle. En 2004, 577 mineurs ont été déférés devant le parquet de Créteil, une procédure pourtant réservée aux délits majeurs et aux crimes.
   
    « Ils croient que ça se passe comme dans les films »
   
    Autre chiffre significatif, dans le Val-de-Marne, la délinquance des mineurs représente aujourd'hui près du quart de l'activité de certains commissariats. Hier surtout limitée au trafic de stupéfiants, elle ne connaît plus de limites. L'an dernier, fait rare, quatre braqueurs, dont trois mineurs au moment des faits, ont été condamnés par la cour d'assises du Val-de-Marne à des peines de cinq mois à deux ans de prison pour l'attaque d'un convoyeur de fonds à Champigny-sur-Marne. Prochainement, trois jeunes de Sucy-en-Brie, âgés de 16 et 18 ans, seront jugés pour tentative d'homicide sur un policier et vols avec effraction. « Les mineurs ne sont plus les petites mains des adultes. On les interpelle désormais pour tout type de délinquance : cambriolages, vols avec violence, escroqueries à la carte de crédit, braquages... », confirme le commissaire de Villeneuve-Saint-Georges, Philippe Tireloque, qui constate que les mis en cause sont de plus en plus jeunes. Fin janvier, quatre collégiens de 12, 13, 14 et 16 ans ont été arrêtés alors qu'ils venaient de cambrioler un pavillon à Villeneuve-le-Roi. Le meneur, un enfant de 12 ans qui faisait, aux dires des policiers, « preuve d'une maturité criminelle étonnante », n'a exprimé aucun regret. Autre sujet d'inquiétude, les mineurs délinquants semblent de moins en moins conscients de la gravité de leurs actes. « Ils prennent des risques disproportionnés par rapport aux sommes récoltées, résume un policier. Ils sont prêts à monter au braquage et à risquer la prison pour quelques dizaines d'euros. Ils croient que ça se passe comme dans les films. Malheureusement, parfois, ça dérape. »
   
    « Le braquage relève du parcours initiatique »
   
    «La violence des mineurs délinquants est un phénomène qui nous inquiète beaucoup. Il y a chez ces jeunes, abreuvés de jeux vidéo violents et souvent éduqués dans des bouillons de culture criminogène, une dématérialisation de la violence. Pour eux, elle n'est pas vécue comme un non-respect de la loi. C'est un mode d'expression. Ils n'ont souvent aucune conscience de la gravité de leurs actes. Pis, l'usage de la violence peut être vécu comme un rite initiatique. On constate ainsi que de plus en plus d'adolescents, qui n'ont pas toujours un réel parcours de délinquant, montent au braquage. En général, ils agressent le commerçant de leur quartier avec une arme factice, une bombe lacrymogène. Les sommes dérobées sont souvent dérisoires. Mais, même si le butin est minime, le vol à main armée apparaît à certains comme un passage obligé pour être reconnu par ses pairs de la cité. »
   
    Clés
   
    1 671, c'est le nombre de jugements concernant des mineurs au tribunal de grande instance de Créteil en 2004.
   
    577, c'est le nombre de mineurs déférés au parquet l'année dernière.
   
    63 %, c'est la part des mineurs impliqués dans des violences sans arme dans le Val-de-Marne en 2004.
   
    36 %, c'est la part des mineurs dans la délinquance de voie publique à travers le département. "
   
    Un article de Nathalie Perrier.

Source : LE PARISIEN (21 mars 2005)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto