"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Le meurtre du buraliste de Cachan élucidé
    France > meurtre, vol, délinquance, drogue
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Samedi 19 mars 2005

    " L'enquête est désormais du ressort de l'instruction. Hier, quinze jours après le meurtre d'un buraliste, victime d'une tentative de braquage le 3 mars à Cachan, le dernier suspect, un adolescent de 16 ans, a été déféré au parquet de Créteil et présenté au juge d'instruction Ludovic André, chargé de l'enquête. Comme ses quatre camarades, interpellés quelques jours après le drame, il a été mis en examen pour tentative de braquage et homicide volontaire. Hier soir, le juge des libertés et de la détention devait se prononcer sur son placement en détention requis par le parquet. Sauf imprévu, il devait être écroué. Ses quatre complices, originaires du même quartier de la Plaine et âgés de 17 ans, sont actuellement incarcérés à Fleury-Mérogis (Essonne) et Villepinte (Seine-Saint-Denis). Contrairement au portrait qui avait pu être dressé au lendemain de leur arrestation, ces cinq adolescents ne sont pas des anges. Deux d'entre eux sont déjà connus des services de police pour violences. « Tous », selon une source proche du dossier, « faisaient plus ou moins dans le trafic de cannabis ». Ce jeudi 3 mars, ils ont décidé de « monter au braquage ». Avec pour seule arme une bombe lacrymogène, ils ont agressé un des commerçants de leur quartier, le buraliste d'origine cambodgienne, Jean-Luc Chhor. Selon les derniers éléments de l'enquête, seulement trois d'entre eux auraient pénétré à l'intérieur du commerce. En raison de l'exiguïté des lieux, le quatrième serait resté à l'entrée pendant que le cinquième faisait le guet à l'extérieur. Le buraliste refusant de leur donner la caisse, une bagarre aurait éclaté avec deux des jeunes. Celui qui avait la bombe lacrymogène aurait alors gazé le buraliste. Aveuglé, ce dernier serait, selon la thèse présentée par les prévenus, tombé dans l'escalier qui mène à la réserve. Grièvement blessé à la tête, Jean-Luc Chhor devait décéder quatre jours plus tard des suites de ses blessures. Mercredi, les commerçants de son quartier ont décidé de lui rendre un nouvel hommage en baissant leur rideau pendant une heure. La date des obsèques n'a pas encore été fixée. "
   
    Un article de N.P.

Source : LE PARISIEN (19 mars 2005)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto