"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    Une église évangélique dans la mire d'un tireur fou
    Etats-Unis > tueur de masse, armes, suicide, fou de Dieu
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Lundi 14 mars 2005

    " L'hôtel Sheraton de Brookfield, dans la banlieue de Milwaukee (Wisconsin), accueillait quinze adolescents venus en famille pour un tournoi de hockey, une conférence régionale des Chevaliers catholiques et, comme chaque samedi, un groupe de prière de l'Église vivante de Dieu. C'est là, dans un salon impersonnel tenant lieu de sanctuaire, qu'un homme apparemment sans histoire a ouvert le feu sur ses coreligionnaires, tuant sept d'entre eux et en blessant quatre autres, avant de se donner la mort. Comme souvent dans ces faits divers dont les États-Unis ne finissent pas de tenir la chronique, la police s'avoue incapable de discerner un motif au geste du tueur fou, au-delà d'un possible «désordre psychologique».
   
    Terry Ratzmann, 44 ans, habitant de New Berlin, la banlieue voisine, était certes un personnage falot, triste et solitaire. Personne ne lui connaissait d'amis, nul ne l'avait jamais entendu plaisanter, à en croire les témoignages recueillis par le Journal Sentinel de Milwaukee. Ce programmateur informatique vivait avec sa mère et sa soeur, n'avait d'autres passions que le bricolage, le jardinage et l'élevage de truites dans un petit bassin qu'il avait creusé derrière sa maison. Il mettait une cravate une seule fois par semaine, pour aller à la messe. C'était le samedi, jour du sabbat, sanctifié par son église évangéliste qui prétend regrouper «les véritables héritiers de l'Église de Jérusalem de l'époque du Nouveau Testament».
   
    Samedi, Ratzmann a sans doute mis une cravate, mais il a aussi pris une arme de poing et assez de munitions pour faire un massacre. Sans un mot, il a tiré à l'aveugle sur des gens avec qui il partageait la même foi depuis des années, tuant le pasteur Randy Gregory, son fils de 17 ans James, un autre adolescent de 15 ans, un charpentier de 74 ans et trois paroissiens. Quatre autres sont gravement blessés. «Je me demande comment je suis encore en vie, a raconté Chandra Frazier, indemne parmi une cinquantaine de témoins. Il voulait nous tuer tous, il a pris le temps de recharger son arme. Quelqu'un a crié : «Terry, arrête ! Pense à ce que tu fais !» J'ai plongé sous une chaise, tout le monde hurlait.» Vingt et un impacts ont été relevés, sans compter la balle que Ratzmann s'est tirée dans la tête. «Un carnage humain», a commenté le procureur.
   
    A Brookfield, banlieue sans âme de 40 000 habitants, un mémorial improvisé a été dressé dans la neige, avec des croix, des fleurs et des ours en peluche. Les enquêteurs n'ont rien trouvé chez le meurtrier, «ni lettre de suicide ni éléments d'explication probants», a indiqué hier le chef de la police, Daniel Tushaus, au cours d'une conférence de presse. Les spéculations tournent autour de la personnalité du tireur et des caractéristiques de son église, fruit d'une obscure scission doctrinaire dans les années 90 avec l'Église mondiale de Dieu, culte évangéliste créé en 1933 qui compterait 64 000 membres et 860 congrégations dans 90 pays.
   
    Son sous-produit est plus modeste : l'Église vivante de Dieu annonce 6 300 membres à travers 200 congrégations. Faute de toujours posséder ses lieux de prière, elle porte la bonne parole dans des salons d'hôtels et à travers des prêches télévisés, un mode de fonctionnement courant aux États-Unis. Son fondateur Roderick Meredith, pasteur ordonné en 1952, s'illustre dans des sermons apocalyptiques diffusés par quelque 150 chaînes locales depuis son quartier général de Charlotte (Caroline du Nord). En février, il recommandait à ses fidèles de se préparer à «la fin des temps», qui devait commencer par un krach boursier et l'effondrement de l'économie américaine. D'après ceux qui le connaissaient, cette annonce aurait profondément troublé Terry Ratzmann qui, comme les autres brebis de Roderick Meredith, croyait proche le moment de la «grande malédiction» annoncée par la Bible, et censée précéder le retour du «roi des rois»."
   
    Un article de Philippe Gélie.

Source : LE FIGARO (14 mars 2005)

    Articles relatifs :
     Reportage en français : les 2 fusillades du Wisconsin & de Géorgie qui ont fait 12 morts aux USA
     Reportage sur un tireur fou qui abat les membres d'une église intégriste: 8 morts
     Fusillade dans un hôtel aux Etats-Unis: huit morts


[Tous les articles criminologie]

    Re : Une église évangélique dans la mire d'un tireur fou
    Commentaire posté par Cendres le Lundi 14 mars 2005
    Des Chevaliers Catholiques...L'Eglise vivante de Dieu...un type qui massacre à l'arme à feu, aisément accessible...c'est les Etats-Unis, c'est ça? Comme d'habitude?




Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto