"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    A Suresnes, un employé des pompes funèbres licencié pour avoir dénoncé un collègue nécrophile
    France > nécrophilie
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Jeudi 3 mars 2005

    " Paolo, ancien employé des pompes funèbres, attendait le procès qui l'oppose à son employeur comme une libération, mais il devra encore attendre. Négocier, surtout, avec les cauchemars qui le hantent depuis qu'il a surpris, il y a près de trois ans, l'un de ses ex-collègues du funérarium du Mont-Valérien, à Suresnes, se livrant à des attouchements sur le corps d'une jeune fille défunte. Hier après-midi, le conseil de prud'hommes de Paris a reporté l'audience - à cause d'une difficulté de procédure - qui devait trancher sur le harcèlement qu'aurait subi Paolo après avoir dénoncé les agissements pour le moins choquants du nécrophile présumé. A Suresnes, le 26 mai 2002, Paolo, âgé aujourd'hui de 30 ans, a assisté à une véritable scène d'« horreur ». « Je suis traumatisé, j'y pense tout le temps, je ne dors plus depuis que j'ai vu ça. » Ce jour-là, dans la matinée, le corps de la jeune fille arrive au funérarium. Pour une raison anodine, on demande à Paolo, novice dans la profession, de descendre à la chambre froide. Il pousse la porte et surprend alors son collègue, 52 ans à l'époque, se livrant à des attouchements sur le corps de la défunte. Mal à l'aise de s'être ainsi fait surprendre, le nécrophile aurait alors invité le jeune Paolo. Une manière peut-être de l'impliquer pour s'assurer de son silence. Mais Paolo est « choqué ». « Ecoeuré », il se révolte, quitte la chambre froide et en parle à ses collègues. Certains n'auraient pas manifesté le moindre étonnement après cette révélation hallucinante. Impossible pour Paolo de rester muet. Il prévient alors sa hiérarchie. Son collègue, quant à lui, reconnaît s'être pour le moins mal comporté et donne sa démission avant que la police, informée de l'affaire, ne le place en garde à vue.
   
    Un simple rappel à la loi
   
    Selon nos informations, cet homme a été entendu au commissariat de Nanterre début juin 2002, deux mois après les faits. Et devant les policiers, il a en partie reconnu ses agissements, expliquant avoir « fait ça bêtement ». Ces attouchements sur la jeune fille ne seraient pas les premiers. Un autre témoin l'aurait surpris se livrant aux mêmes gestes sur le corps d'une quinquagénaire. Mais le nécrophile présumé n'a encore jamais eu à se justifier devant un tribunal. Aucune information judiciaire n'a jamais été ouverte... L'homme s'en est sorti avec un simple rappel à la loi*. De son côté, Paolo se débat toujours avec cette sordide affaire. En plus du « harcèlement » qu'il dit avoir subi, le jeune homme a été licencié après avoir dénoncé l'horreur. Les conseillers prud'homaux devraient se pencher sur son cas d'ici à quelques semaines."
   
    * Le Code pénal prévoit une peine de un an de prison assortie de 15 000 € d'amende pour ceux qui se rendent coupables d'« atteinte à l'intégrité d'un cadavre ».
   
    Un article de V.M.

Source : LE PARISIEN (3 mars 2005)

[Tous les articles criminologie]

Soyez le premier à poster un commentaire à cet article !


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto