"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité criminologie

    La violence des ados au microscope
    France > délinquance
    Article posté par Stéphane Bourgoin le Vendredi 26 novembre 2004

    " Y a-t-il plus de "sauvageons" aujourd'hui qu'il y a trente ans ? Scientifiques et médecins se sont penchés sur le problème.
   
    "Comment s’exprime la violence chez les adolescents ? Quelles en sont les causes ? Les jeunes des années 2000 sont-ils plus violents que ceux d’il y a 30 ans ?" C’est à ces questions et à beaucoup d’autres sur le thème "violence et adolescence" que les Académies de médecine et des sciences ont tenté de répondre jeudi lors d’une séance commune.
   
    Interpréter les statistiques
   
    "Le nombre de mises en cause de mineurs — qui n’est pas la même chose que le nombre de mineurs mis en cause (un même mineur pouvant être arrêté à plusieurs reprises, NDLR) — a connu une augmentation rapide surtout à partir de 1991" (1), explique Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS et responsable du pôle "Sécurité et société" à l’Institut d’études politiques de Grenoble. "Et les actes [criminels] qui ont le plus progressé sont les actes les plus graves : vols avec violence, dégradations avec violence (incendie)…", ajoute le chercheur.
   
    Martine de Maximy, juge pour enfants au tribunal de grande instance de Paris, confirme. Elle précise toutefois que "le vol de portables, aujourd’hui très à la mode, est toujours qualifié par le Parquet de vol avec violence", même si la victime n’a pas été brutalisée.
   
    La faute à la société ?
   
    "Cet effet d’accroissement apparent de la violence résulte de la désinhibition de la société, qui s’accentue depuis sept-huit ans", indique Philippe Jeammet, chef du service de psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte à l’Institut Montsouris, à Paris. Les parents sont moins sévères et leurs enfants en profitent, sans toujours se rendre compte de leurs excès. Les jeunes sont désormais moins respectueux des règles de politesse ou de savoir-vivre. La violence se voit donc davantage aussi car elle touche beaucoup plus "le territoire des autres" : "elle fait effraction dans notre intimité", selon le spécialiste.
   
    "Les adolescents violents sont des personnes en insécurité interne, pointe encore Philippe Jeammet. Leur estime d’eux-mêmes n’est pas très bonne. Ils sont très sensibles au regard des autres." Un comportement violent sur les autres ou sur eux-mêmes (du piercing au suicide) leur permet ainsi de "retrouver une forme de pouvoir et de maîtrise" sur une situation, un environnement qui leur échappent.
   
    Dès la grossesse
   
    La violence a également des "racines périnatales et infantiles", souligne Bernard Golse, chef du service de pédopsychiatrie à l’hôpital parisien Necker-Enfants malades. Des enfants qui vivent trop longtemps au sein d’ambiances dépressives (maternelle ou familiale) ont davantage de risques de développer des troubles, notamment une mauvaise gestion des émotions et des pulsions, telle l’agressivité. Or, "10 à 15% des femmes qui accouchent font ensuite un baby blues", avance le pédopsychiatre.
   
    Celui-ci insiste également sur le déni du "droit à l’enfance" : empêcher un enfant de "vivre suffisamment longtemps et tranquillement la période de l’enfance" s’avère lourd de conséquences. La prévention de la violence chez les ados passe donc aussi par une meilleure prise en charge de la mère pendant sa grossesse puis du nourrisson à la maternité et à sa sortie de l’hôpital."
   
    (1) Les statistiques de la police et de la gendarmerie ne distinguent l’âge des auteurs de crimes ou d’infractions que depuis 1974.
   
    Un article de Matthieu Durand. 
   

Source : LCI.FR (26 novembre 2004)

[Tous les articles criminologie]

    Re : La violence des ados au microscope
    Commentaire posté par clyde le Vendredi 26 novembre 2004
    c'est tout ce qu'ils ont reussi à sortir?
   
    Heureusement qu'il existe des chercheurs et des journalistes qui font un travail profond et très sérieux sur les véritables origines de la violence dans la société ce qui est à incriminé ce sont les extrèmes en matière d'éducation les gifles les coup les humiliations d'une part et la démission totale d'autre part car la société ne laissent plus le temps à bien des parents pour s'occupper correctement de leurs enfants on a des parents épuisés par des surcharges de travail et qui finissent par ne plus avoir une vie familiale.


    Re : La violence des ados au microscope
    Commentaire posté par FREDI le Lundi 29 novembre 2004
    Ce sont des constats, vrais et tristes. Et si nous réagissions, nous, la société, nous les parents?
    Accepter, par exemple, de diminuer le temps de travaiél, donc le salaire, pour en avoir pour ses enfants, car, en effet, il faut être surhumain pour gérer de façon satisfaisante le travail nourricier et l'éducation d'un ou de plusieurs enfants.
    On pourrait commencer par sensibiliser les obstétriciens et les gynécos, qui, lorsqu'ils reçoivent une femme enceinte, l'aiguilleraient vers une formation de parents, en y invitant également le père! Mais il y a tant à gagner sur le dos de a maltraitance d'enfants, et puis, changer le train-train quotidien, s'arrêter pour envisager de procéder autrement est quasiment impensable dans ce TGV des performances et de la rentabilité.
    Prudence, prudence, notre époque ressemble curieusement à la fin de l'empire romain...
    Lorsqu'on propose de si radicaux changements, on passe pour fou, on sourit...pour combien de temps encore?
    VP Fondation FREDI (www.fredi.org)


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto