"; ";
  Accueil     Librairie     Polars     Thrillers     Criminologie     S. Bourgoin     Infos     Liens  

_

Identification :      [inscription]

Actualité polars

    Parmi nos lectures d'été, l'excellent "Un Employé modèle" de Paul Cleave
    Australie & Nouvelle-Zélande >
    Article posté par Isabelle Longuet le Jeudi 19 juillet 2012

   
   
    Besoin d'un conseil de lecture ? Nous avons pris grand plaisir à découvrir le premier roman (publié) du jeune auteur néo-zélandais Paul CLEAVE, paru en 2010 chez Sonatine, puis en août 2011 au Livre de Poche. Depuis, Sonatine a publié "Un père idéal" (octobre 2011). Cleave a écrit plusieurs autres romans, en attente de traduction française, du moins l'espérons-nous...
   
   
   
   
    UN EMPLOYE MODELE, c'est l'histoire d'un boucher. Résumé de la sorte, ça ne donne pas trop envie de se jeter dessus. Pourtant, ce thriller est jouissif. Son héros, Joe - prénom banal pour un homme apparamment banal à pleurer - est une sorte de cousin de Dexter. Autrement dit : un tueur en série vu de l'intérieur. Avec humour et distance, Cleave a concocté une histoire dont on souhaiterait ne jamais voir le bout tant la lecture est plaisante.
   
   
    Mais nous n'en dirons pas plus.
    Toutefois, pour les grands curieux, nous vous proposons en lien la critique de Jeanne Desaubry, intitulée "Délicieusement macabre" !

Source : BLOG DE JEANNE DESAUBRY

    Articles relatifs :
     "Mes conversations avec les tueurs", le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, aux éditions Grasset
     Pour suivre sur Twitter l'actualité des faits divers et celle de Stéphane Bourgoin


[Tous les articles polars]

    Re : Parmi nos lectures d'été, l'excellent
    Commentaire posté par nina75 le Vendredi 20 juillet 2012
    Bonjour,
   
    Je sais que vous êtes très occupés même en été.
   
    Auriez-vous le temps néanmoins, à un moment ou à un autre, même plus tard, en août, de lire la page que voici ?
   
    http://peermeter.de/6.html
   
    Puis d'en rédiger une traduction ?
    ( Que vous enverriez dans un mail à mon adresse e-mail ? )
   
    Je comprendrai bien sûr si vous n'avez vraiment pas le temps.
   
    Mais je me permets de formuler cette requête ( sachant que vous traduisez parfaitement l'allemand ).
   
    En prenant évidemment en considération qu'au départ ce lien que j'indique a un rapport avec votre domaine.
    Puisque c'est la page de présentation sur son site
    http://peermeter.de/
    par Peer Meter du livre ( Eine Bremer Tragödie ) qu'il a consacré en 2010 à l'affaire Gesche Gottfried, l'Ange de Brême, la dernière personne ( sexes confondus ) exécutée publiquement dans la ville de Brême en 1831.
   
    J'ai lu, comme vous le savez, la BD scénarisée par Peer Meter chez Actes Sud, L'empoisonneuse.
   
    Mais il n'existe pas de version française du livre documentaire.
   
    Au plaisir de vous lire
   
    Cordialement


    Re : Parmi nos lectures d'été, l'excellent
    Commentaire posté par Isabelle Longuet le Vendredi 20 juillet 2012
    Bonjour,
   
    Je suis en effet, entre autres, traductrice d'allemand, hélas mon planning très chargé à longueur d'année ne me laisse pas le temps de traduire en dehors d'un cadre professionnel... Mais peut-être votre requête trouvera-t-elle un écho favorable parmi les membres du 3ème Oeil ?
    Cordialement

    Re : Parmi nos lectures d'été, l'excellent
    Commentaire posté par nina75 le Lundi 23 juillet 2012
    Rebonjour,
   
    Pas de problème, je craignais ce manque de temps.
   
    Par ailleurs, là je n'ai pas besoin de traduction, mais connaissez-vous l'article suivant ?
   
    http://williamgaddis.org/recognitions/inconnue/index.shtml
   
    Ce n'est pas à propos d'une affaire criminelle. Mais j'ai la certitude que vous connaissez cette histoire de l'Inconnue de la Seine.
    ( Qui a inspiré entre autres Jules Supervielle pour son conte de ce titre, dans l'Enfant de la haute mer ).
   
    Pour ma part, tout en connaissant l'histoire, je n'ai vu ce lien que récemment.
   
    J'avais parlé l'année dernière, à propos de Fred Vargas, d'un livre, " Répertoire des domiciles parisiens de quelques personnages fictifs de la littérature " , de Didier Blonde, qui mentionnait le domicile de Jean-Baptiste Adamsberg.
   
    J'ai vu que cette année il avait publié un roman :
   
    L'Inconnue de la Seine
    Gallimard, collection Blanche, juin 2012
   
    http://www.amazon.fr/Linconnue-Seine-Didier-Blonde/dp/2070137732/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1343058874&sr=1-1
   
    En l'ouvrant, j'ai lu que c'était la version retouchée de son roman - que je ne connaissais pas - " Le Nom de l'Inconnue " paru en 1988 chez Régine Deforges.
    J'ai commencé à le lire et jusqu'à présent je n'ai pas vu de changements par rapport à l'édition de 1988, dont j'ai trouvé un exemplaire en occasion.
    L'histoire se passe toujours dans les années 1985, avec les prix en francs. Sans doute car le héros - libraire dans le 9ème comme vous - parle à un moment à une vieille dame aux archives Roger-Viollet et qu'elle était jeune fille dans les années 1930.
    Comme le montre la fiche de présentation sur Amazon, ce n'est pas un polar au sens propre. Mais il y a une enquête : le héros a perdu Marie, la femme qu'il aimait. Et il est fasciné par un moulage qu'il a vu et acheté chez un brocanteur : celui de l'Inconnue de la Seine. Il se lance dans une quête pour retracer qui était cette jeune femme, trouvée noyée en 1901 dans le canal de l'Ourcq.
    Il va à la morgue - l'Institut médico-légal que nous connaissons, place Mazas, quai de la Râpée - on la voit en voyageant sur la ligne 5 du métro - mais elle n'occupe cet emplacement que depuis 1914. Auparavant, lui dit-on, la morgue se trouvait quai de l'Archevêché et les archives sont conservées à l'hôtel de police du 5ème, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève( là où il y a aussi le Musée de la préfecture de police ).
    Il y va et, après avoir consulté pendant des heures les archives de 1901 - les rapports détaillant l'état des corps et les photos sont terrifiantes - il finit par trouver. L'Inconnue de la Seine avait pour initiales AB et de 15 à 17 ans.
    J'en suis là de ma lecture.
   
    Je cite un extrait :
   
    " 2 décembre
   
    La scène se passe à la morgue du pont de l'Archevêché avant sa démolition, en présence de Fuselier, juge d'instruction, Juve, inspecteur de police et du docteur Ardel, " le célèbre médecin-légiste, professeur de la Faculté de médecine ".
    " Sur une sorte de chariot deux hommes poussaient au milieu de l'amphithéâtre le cadavre de l'Inconnue.
    " Je vous livre la morte ! professait le docteur Ardel. Voyez-la, tâchez d'arriver à une identification... Je suis convaincu que vous arriverez, derrière l'apparence de la mort, à retrouver l'image de la vie. " "
    Ardel, c'est, bien sûr, à peine modifié, le nom du professeur Brouardel, le directeur de la morgue en 1901 dont le nom figure sur les registres que j'ai dépouillés. Troublante coïncidence qui me fait voir cette scène de l'un des épisodes de la série des Fantômas de Souvestre et Allain que je suis en train de relire comme la transposition directe par leurs auteurs du fait divers que je recherche. "
   
    Donc, je recommande aussi l'article en anglais indiqué en lien au début de ce commentaire.
   
    Cordialement


Veuillez vous inscrire ou vous identifier :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



_

Fil RSS
© Stéphane Bourgoin 2003 - 2014
Réalisation : Nokto